Le Conseil de sécurité proroge pour un an les mesures contre le trafic de migrants en provenance de Libye

3 octobre 2019

Le Conseil de sécurité a adopté jeudi à l’unanimité une résolution dans laquelle il proroge pour une nouvelle période d’un an les mesures prises depuis 2015 contre le trafic de migrants et la traite des êtres humains en Libye.

Dans cette la résolution 2491 (2019), le Conseil de sécurité réaffirme qu'il faut mettre fin « à l'expansion actuelle du trafic de migrants et de la traite des êtres humains en Méditerranée au large des côtes libyennes et au danger qu'ils représentent pour la vie humaine ».

Les membres du Conseil condamnent tous les actes de trafic de migrants et de traite d’êtres humains ayant le territoire libyen et le large des côtes libyennes « comme destination, zone de transit ou point de départ, qui fragilisent davantage le processus de stabilisation de la Libye et mettent en péril les vies de centaines de milliers de personnes ».

Dans ce contexte, les États membres sont donc autorisés pour une période supplémentaire d’un an à inspecter les bateaux naviguant en haute mer au large des côtes libyennes s’ils ont des motifs raisonnables de soupçonner qu’ils sont utilisés pour le trafic de migrants ou la traite d’êtres humains en provenance de la Libye.

Les États Membres peuvent saisir des navires inspectés dont ils ont la confirmation qu’ils sont utilisés à des fins de trafic ou de traite et tous les États du pavillon sont tenus de coopérer et de répondre rapidement aux demandes qui leur seraient faites.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Libye : au Conseil des droits de l’homme, l’ONU dénonce le traitement des migrants

Devant le Conseil des droits de l’homme, l’envoyé de l’ONU en Libye s’est dit mercredi préoccupé par le sort des migrants dans le pays, notamment ceux qui sont interceptés en mer et renvoyés sur le territoire libyen où ils risquent les pires « traitements ».