Douze agences multilatérales unissent leurs efforts pour aider à réaliser les objectifs de santé pour tous

24 septembre 2019

Douze agences multilatérales ont lancé mardi, en marge du débat général de l'Assemblée générale des Nations Unies, un plan conjoint pour mieux aider les pays à accélérer leurs progrès vers la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) en matière de santé au cours des 10 prochaines années.

« Le plan s'intitule ‘Collaboration plus forte, meilleure santé’ pour une raison », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, le Directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

« Bien que la collaboration soit le chemin, l'impact est la destination. La publication de ce plan est le début, et non la fin, de cette voie », a-t-il souligné, le chef de l’OMS, signataire du plan avec l’Alliance pour le vaccin (Gavi), le Mécanisme de financement mondial (GFF), le Fonds mondial, l'ONUSIDA, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), UNITAID, ONU Femmes, le groupe de la Banque mondiale et le Programme alimentaire mondial (PAM). Ensemble, les 12 agences contribuent à près d'un tiers de toute l'aide au développement dans le domaine de la santé.  

La couverture sanitaire universelle est essentielle pour atteindre les objectifs liés à la santé et s'attaquer aux inégalités dans ce domaine. Si les tendances actuelles se poursuivent, jusqu'à 5 milliards de personnes dans le monde ne seront pas couvertes par les services de santé essentiels en 2030, comme le souligne le rapport mondial de suivi de la couverture maladie universelle publié la semaine dernière par l'OMS.

Afin que personne ne soit laissé pour compte, les pays doivent s'attaquer aux inégalités en matière de santé. L'amélioration de la collaboration et de la coordination peut aider les pays à relever des défis sanitaires complexes et à apporter des solutions novatrices.

© UNICEF/Frank Dejongh
Des mères à la maternité du village de Nassian, dans le nord-est de la Côte d'Ivoire, attendent de faire vaccination leurs enfants contre la tuberculose et d'autres maladies. (mars 2017).

Pour une vie saine et le bien-être pour tous

Développé sur 18 mois, le plan d'action décrit comment les 12 organismes multilatéraux de santé, de développement et d'aide humanitaire collaboreront pour être plus efficaces et fournir un appui plus rationnel aux pays afin de fournir une couverture sanitaire universelle et d'atteindre les objectifs santé du Programme 2030.

L’OMS a souligné que les personnes en bonne santé sont essentielles au développement durable et à l'élimination de la pauvreté, à la promotion de sociétés pacifiques et inclusives ainsi qu'à la protection de l'environnement. 

Au cours des dernières décennies, des progrès importants ont été réalisés dans des domaines clés de la santé, mais les Objectifs de développement durables (ODD) ne seront pas atteints en 2030 sans redoubler d'efforts.

 

UNICEF/UN066747/Rich
Une infirmière prépare un vaccin.

La demande des pays pour le Plan d'action global augmente

Les gouvernements établissent des priorités, élaborent des plans de mise en œuvre et intensifient leurs efforts pour atteindre les objectifs en matière de santé.

« Pour le Népal, la réalisation des objectifs en matière de santé liés au développement durable est essentielle. Renforcer les soins de santé primaires et améliorer l'utilisation des données à des fins de planification et de prise de décisions fondées sur des données probantes -sont deux accélérateurs qui nous aideront à nous rapprocher de la réalisation des objectifs des GDS », a déclaré Upendra Yadav, le Vice-premier ministre du Népal.

Par le biais du Plan d'action global, les agences aideront les pays à respecter leurs engagements internationaux en plus des ODD, comme ceux pris à Astana sur les soins de santé primaires et lors de la réunion de haut niveau de l'Assemblée générale des Nations Unies sur la couverture sanitaire universelle cette semaine à New York.

Coordonné par l'OMS, le Plan d'action mondial pour une vie saine et le bien-être pour tous répond à un appel lancé par l'Allemagne, le Ghana et la Norvège, avec l'appui du Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, pour une collaboration et une coordination plus efficaces entre les organisations sanitaires mondiales afin de réaliser les ODD liés à la santé. 

Dans le cadre du Plan d'action global, les agences s'engagent à :

- renforcer leur collaboration avec les pays pour mieux identifier les priorités, planifier et mettre en œuvre ensemble ;

- accélérer les progrès dans les pays grâce à des actions conjointes dans le cadre de sept thèmes accélérateurs, qui représentent des défis communs à de nombreux pays et pour lesquels les mandats, les compétences et les ressources des organismes offrent des solutions, y compris, les soins de santé primaires, le financement durable de la santé, l'engagement de la communauté et de la société civile, les déterminants de la santé, et les programmes novateurs dans les milieux fragiles et vulnérables et pour répondre aux épidémies ;

- travailler ensemble pour promouvoir l'égalité des sexes et soutenir la fourniture de biens publics mondiaux ;

- s'aligner en harmonisant leurs stratégies et politiques opérationnelles et financières à l'appui des pays afin d'accroître leur efficacité et de réduire le fardeau qui pèse sur eux ;

- et examiner les progrès en apprenant ensemble afin d'améliorer la responsabilisation partagée.

     

    ♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
    ♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

    Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

    Les Etats membres de l’ONU adoptent une déclaration politique sur la santé pour tous

    Les Etats membres des Nations Unies ont adopté lundi à New York une déclaration politique sur la santé pour tous. Elle constitue l’ensemble le plus complet d’engagements en matière de santé jamais adopté à ce niveau, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).