L'ONU lance la Décennie d'action pour l'agriculture familiale qui produit 80% de la nourriture mondiale

29 mai 2019

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Fonds international de développement agricole (FIDA) ont lancé mercredi la Décennie d'action pour l'agriculture familiale et un Plan d'action mondial en vue de mieux soutenir les agriculteurs familiaux, en particulier ceux vivant dans les pays en développement.

« Pendant plusieurs décennies, les agriculteurs familiaux ont été négligés. Ils ne commencent que depuis peu à être plus largement reconnus à leur juste titre, c'est à dire en tant qu'acteurs essentiels du changement. Les agriculteurs familiaux ont besoin de notre aide et nous avons aussi besoin d'eux pour parvenir à un avenir durable. J'invite tous les pays, non seulement à soutenir la mise en œuvre du Plan d'action mondiale mais aussi à développer des plans d'action à l'échelle nationale », a déclaré José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO, lors de la cérémonie de lancement de la Décennie à Rome.

Les exploitations familiales représentent 90% des fermes à travers le monde et produisent 80% de la nourriture mondiale, en termes de valeur. Ce sont des éléments indispensables en mesure de stimuler le développement durable et de contribuer à la lutte contre la faim et la malnutrition sous toutes ses formes.

La Décennie dédiée à l'agriculture familiale vise à créer un environnement propice qui permettra de renforcer sa place sur la scène internationale et d'optimiser sa contribution à la sécurité alimentaire et à la nutrition au niveau mondial, mais aussi à la création d'un avenir sain, résilient et durable.

« Nous n'avons pas uniquement à gérer le problème de la faim qui est en hausse mais aussi le problème de l'obésité croissante. Nous devons faire attention au problème de l'obésité. Nous savons ce que nous avons à faire pour lutter contre la faim mais pas assez sur ce que nous devons faire pour lutter contre l'obésité. Les agriculteurs familiaux sont ceux qui produisent les aliments locaux, frais, de manière durable. C'est leur contribution », a souligné M. Graziano da Silva.

« Pour atteindre les Objectifs de développement durable liés à la Faim Zéro et à la pauvreté, nous devons miser sur les petits exploitants agricoles à travers le monde et les aider à exploiter au mieux leurs atouts, leurs connaissances et leur énergie, tout en les autonomisant afin qu'ils puissent transformer leurs vies et leurs communautés. Les choix que nous faisons maintenant aideront à déterminer si le futur de nos systèmes alimentaires sera sain, nutritif, inclusif, résilient et durable », a déclaré pour sa part Gilbert F. Houngbo, Président du FIDA.

Un Plan d’action mondial détaillé

Bien que les agriculteurs familiaux produisent la plupart de leur nourriture, ces derniers sont paradoxalement confrontés à la pauvreté, en particulier dans les pays en développement.

Ils font face à de nombreux défis car ils manquent d'accès aux ressources et aux services afin de faciliter la production alimentaire et la commercialisation de leurs produits, car les infrastructures sont insuffisantes, leur point de vue ne se fait pas assez entendre dans le cadre des processus politiques et parce que les conditions environnementales et climatiques dont ils dépendent sont menacées.

En général, les agricultrices font face à des contraintes majeures. La jeunesse rurale est également particulièrement vulnérable, en raison du manque de motivations financières lorsqu'il s'agit d'opportunités agricoles et non-agricoles.

Le Plan d'action mondial pour la Décennie d'action pour l'agriculture familiale est un guide destiné à développer des politiques, des programmes et des réglementations qui serviront à soutenir les agriculteurs familiaux, en proposant aux principaux protagonistes des actions collectives et cohérentes pouvant être menées au cours des dix prochaines années.

Ce Plan souligne la nécessité d'améliorer, entre autres choses, l'accès des agriculteurs familiaux aux systèmes de protection sociale, à la finance, aux marchés, à la formation et aux opportunités génératrices de revenus. 

Photo : FAO / Simon Maina
Des agriculteurs agro-forestiers durant la récolte à Kigoma, en Tanzanie. Les forêts font partie intégrante de la politique agricole nationale visant à protéger les terres arables de l'érosion et à augmenter la production agricole.

Les agriculteurs familiaux sont des facteurs clés du développement durable

Le terme 'agriculture familiale' englobe l'ensemble de la production alimentaire, qu'elle soit dérivée des plantes, de la viande, des poissons et d'autres produits animaux tels que les œufs, les produits laitiers ou encore la nourriture cultivée sur les terres agricoles, les forêts, mais aussi dans les montagnes et dans les exploitations piscicoles. Elle est par ailleurs gérée et opérée par des familles qui dépendent surtout de la main d'œuvre familiale, hommes et femmes confondus.

Les agriculteurs familiaux fournissent des aliments sains et diversifiés et cultivent la plupart de leur nourriture dans les pays développés et en développement.

Ils génèrent des opportunités d'emplois agricoles et non-agricoles et contribuent à stimuler les économies rurales.

Ils aident à préserver et à restaurer la biodiversité et les écosystèmes et à utiliser les méthodes de production capables de réduire ou d'éviter les risques liés au changement climatique.

Ils facilitent la transmission du savoir et des connaissances de génération en génération et permettent de promouvoir l'égalité sociale et le bien-être des communautés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La FAO veut encourager la culture d’arbres près des productions agricoles

A l’ouverture du 4ème Congrès mondial sur l’agroforesterie, la FAO insiste sur la nécessité de soutenir les politiques en vue de tirer profit des avantages liés à la culture d’arbres près des productions agricoles, en publiant un nouveau guide soulignant l’importance des droits fonciers