Conférence sur les migrations : le Réseau des Nations Unies sur les migrations lancé à Marrakech

9 décembre 2018

Le Secrétaire général de l'ONU a participé dimanche à la cérémonie de réception des chefs d'État, de gouvernement et autres hauts représentants de plus de 150 États, qui adopteront lundi à Marrakech, au Maroc, le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

« La reconnaissance du rôle essentiel que doivent jouer de nombreux acteurs, y compris les gouvernements et les migrants eux-mêmes, bien sûr, mais aussi la société civile, les universités, les syndicats, le secteur privé, les groupes de la diaspora, les communautés locales, les parlementaires, les institutions nationales des droits de l'homme et les médias » est l’une des caractéristiques fondamentales de ce Pacte, a signalé António Guterres lors de la cérémonie.

Il a également exhorté les dirigeants mondiaux à « donner vie » à ce qui avait été convenu dans le Pacte, car il sera « utile aux gouvernements à mesure que leurs politiques de migration sont établies et mises en œuvre ». 

Selon le chef de l’ONU, le Pacte devrait également être utile « aux communautés d'origine, de transit et de destination, ainsi qu'aux migrants eux-mêmes ».

Le Pacte mondial sur les migrations est le premier accord négocié entre gouvernements à prendre pleinement en compte toutes les dimensions de ce phénomène au niveau international.

Le document est issu de la Déclaration de New York sur les réfugiés et les migrants, adoptée à l'unanimité lors de l'Assemblée générale des Nations Unies en 2016.  Il est le résultat de 18 mois de dialogue, de négociations et de consultations entre États, tant au niveau national, que local, comprenant des représentants de la société civile, du secteur privé et des migrants eux-mêmes.

 

Photo ONU/Mark Garten
La Représentante spéciale des Nations Unies pour les migrations internationales, Louise Arbour, s'adresse aux délégués à la cérémonie de lever du drapeau de la conférence sur le Pacte mondial pour les migrations à Marrakech, au Maroc.

La Représentante spéciale des Nations Unies pour les migrations internationales, Louise Arbour, également présente à Marrakech, a souligné que « l'adoption du Pacte sur les migrations est une réaffirmation des valeurs et des principes contenus dans la Charte des Nations Unies et dans le droit international ».

Bien que le Pacte soit un document non contraignant, son texte est le résultat convenu des négociations intergouvernementales. L'ONU souligne qu'il appartient désormais à chaque État de déterminer ses prochaines étapes.

Lancement du Réseau des Nations Unies sur la migration

Au cours de la cérémonie de réception, le Secrétaire général a officiellement lancé le Réseau des Nations Unies sur les migrations, dans le but de mobiliser les compétences de l'ONU pour aider les États membres à faire face aux migrations.

M. Guterres a souligné que « l'Organisation internationale pour les migrations jouera un rôle central » dans le réseau.

En exprimant sa confiance en ce nouveau mécanisme, le chef de l'ONU a souligné certaines de ses caractéristiques principales en déclarant qu'il « se concentrera sur la collaboration » et disposera en outre d'une structure inclusive, tout en intégrant les valeurs des Nations Unies, comme la diversité.

Dans la matinée, Mme Arbour, accompagnée du Représentant permanent du Maroc auprès de l'ONU, Omar Hilale, a assisté à la cérémonie de levée du drapeau des Nations Unies sur les lieux de la conférence, acte symbolique par lequel il est indiqué que le Maroc cède le terrain à l’ONU afin que la réunion puisse se tenir en territoire international.

L'ambassadeur marocain a déclaré qu'il s'agissait d'un moment historique « parce que c'est la première fois qu'une conférence internationale des Nations unies est organisée pour discuter de la migration » et « la première fois que les droits des migrants seront discutés et défendus ».

Mme Arbour a félicité le Royaume du Maroc d'avoir créé un environnement stimulant pour lancer « l'un des projets déterminants de notre génération », ajoutant que « le Pacte de Marrakech restera la référence pour toutes les initiatives futures en matière de coopération transfrontalière en matière de mobilité humaine ».

A quelques heures de l'adoption du Pacte, Mme Arbour a souligné que c'est sa mise en œuvre  « changera à jamais la manière dont la communauté internationale gère la mobilité humaine ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.