L’ONU a fait des progrès pour améliorer l’efficacité de ses opérations de paix

12 septembre 2018

Lors d’un débat au Conseil de sécurité sur la réforme des opérations de maintien de la paix, un haut responsable onusien a déclaré que l’Organisation a fait des progrès pour améliorer l’efficacité des missions sur le terrain.

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a présenté en mars cette année l’initiative appelée « Action pour le maintien de la paix », destinée à améliorer l’efficacité des Casques bleus.

Dans le cadre de ces efforts, les Nations Unies ont renforcé la sûreté et la sécurité des Casques bleus en leur dispensant une formation plus ciblée et en faisant tout pour qu’ils aient les équipements nécessaires, a expliqué mercredi le chef des opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix.

Selon lui, l’effort collectif dans ce domaine commence à porter ses fruits, même s’il reste beaucoup à faire. 17 Casques bleus ont perdu la vie depuis le début de l’année 2018 à la suite d’actes de violence. Ce chiffre s’élevait à 26 pour la même période de l’an dernier. « Cela représente une baisse de 32% », s’est félicité le chef des opérations de maintien de la paix.

Il faut rester vigilant et resté mobilisé même s’il est vrai que les Casques bleus réagissent de manière plus efficace aux menaces et aux attaques et protègent les civils plus efficacement, a-t-il dit.

Il a pris l’exemple du Mali où il s’est rendu récemment. « Je peux témoigner des changements positifs réalisés par la MINUSMA », la Mission des Nations Unies dans ce pays, a déclaré Jean-Pierre Lacroix. Il a ainsi noté que de nombreux camps sont mieux protégés et que les Casques bleus sont mieux préparés en cas d’attaque. Il a observé des évolutions similaires dans d’autres missions de paix.

Dans le cadre des efforts pour améliorer l’efficacité du maintien de la paix, le Secrétariat s’attèle aussi à un examen indépendant des missions de paix. Il s’efforce également de faire avancer la réforme de l’architecture paix et sécurité du Secrétaire général pour avoir une analyse plus intégrée et de meilleures stratégies au niveau des pays et des régions, a dit M. Lacroix.

Le Secrétariat poursuit enfin le renforcement de sa coopération avec les partenaires clefs, comme l’Unions africaine et l’Union européenne, a-t-il ajouté.

L’objectif est aussi de mieux évaluer les performances. Des politiques et un système d’évaluation sont en train d’être mis en place pour permettre à tous de mieux calibrer les efforts de renforcement du maintien de la paix et de mieux appuyer les employés civils et militaires.

Mais, a prévenu le Secrétaire général adjoint, le maintien de la paix de l’ONU ne pourra pas réussir sans l’engagement et la mobilisation de l’ensemble des parties prenantes, à commencer par les États Membres. Il a également appelé les États qui ont les capacités militaires les plus avancées à déployer plus de personnels et d’équipements dans les opérations de paix.

L’engagement des États est également important pour augmenter le nombre de femmes Casque bleus, a-t-il souligné, notant que les femmes ne représentent que 21% de l’ensemble du personnel du maintien de la paix.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Mali : la nécessité d’avancer vite dans l'application de l’accord de paix est un sentiment partagé par tous (ONU)

Le chef des opérations de maintien de la paix  de l'ONU, Jean-Pierre Lacroix, a déclaré mercredi à Bamako, à l’issue d’une visite de plusieurs jours au Mali, que la nécessité d’avancer vite dans la mise en œuvre de l’accord de paix était un sentiment partagé aussi bien par le Conseil de sécurité des Nations Unies que par tous les Maliens qu’il a rencontrés.