Incendie du Musée national à Rio : l’UNESCO prête à apporter son expertise en patrimoine

6 septembre 2018

Le Secrétaire général de l’ONU et la Directrice générale de l’UNESCO ont témoigné leur solidarité au peuple brésilien après l’incendie qui a ravagé le Musée national du Brésil, à Rio de Janeiro.

Dimanche soir, le musée qui est l’un des plus anciens du pays, a été ravagé par les flammes. L’établissement était fermé au public lorsque l’incendie s’est déclaré. Aucune victime n’a été signalée mais de nombreuses salles du musée ont été détruites faisant d’important dégâts parmi les pièces.

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a déploré « une perte inestimable pour l’humanité toute entière » dans un message posté mercredi sur son compte officiel Twitter.

La Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Audrey Azoulay, a également déploré la destruction d’une des plus grandes collections d’histoire naturelle et d’anthropologie d’Amérique latine.

« Ce Musée universitaire constituait aussi un symbole de la vivacité des liens entre la culture et la recherche, et de la mémoire brésilienne », a dit Mme Azoulay dans un communiqué publié au lendemain de l’incendie.

« L’UNESCO se tient à la disposition des autorités brésiliennes pour mobiliser toute son expertise – notamment dans le domaine de la protection et de la conservation du patrimoine culturel – pour tenter d’atténuer les conséquences de ce drame », a souligné la Directrice générale.

Le Musée national du Brésil contenait une collection exceptionnelle de plus de 20 millions d’objets de paléontologie, anthropologie et ethnologie biologique, parmi lesquels le crâne de Luiza, la femme la plus ancienne d’Amérique, daté de douze mille ans et Bendengό, la plus grande météorite qui a été découverte dans le pays.

Le musée qui jouait également un rôle important dans la recherche, venait de commémorer son bicentenaire en juin dernier.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L’UNESCO appelle à mieux faire connaître l’histoire de la traite négrière pour prévenir l’esclavage moderne

A l’occasion de la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition (23 août), la cheffe de l’UNESCO a invité chacune et chacun à mieux faire connaître cette « histoire tragique » et à s’opposer à toutes les formes d’esclavage moderne.