Libye : l'OIM répond aux besoins de centaines de personnes déplacées par des violences à Tripoli

31 août 2018

L'Agence des Nations Unies pour les migrations (OIM) a indiqué vendredi avoir répondu aux besoins humanitaires urgents de centaines de Libyens déplacés et de migrants touchés par la violence, suite à des affrontements armés dans la capitale Tripoli.

« Tôt lundi matin de violents affrontements ont éclaté entre des groupes armés à Tripoli, provoquant le déplacement de civils et de migrants dans la zone touchée », a déclaré l’OIM lors d’un point de presse à Genève.

Selon l’agence, malgré les contraintes de sécurité, le lendemain, l’OIM et les autorités libyennes ont pu transporter en toute sécurité 118 hommes, 22 femmes, 16 enfants, deux nourrissons et huit cas médicaux à l'aéroport de Mitiga, pour assurer leur retour au Mali en toute sécurité.

Avant leur départ, les migrants ont reçu des articles non-alimentaires et une assistance en matière de santé et de protection, dans le cadre de l’aide au retour volontaire de l’OIM.

Pour des raison de sécurité, une trentaine de migrants supplémentaires, dont le départ était également prévu, n’ont pas pu se rendre à l’aéroport. L'OIM a déclaré qu'elle faisait un suivi pour assurer leur retour le plus rapidement possible.

Jeudi, en étroite coordination avec le Conseil danois pour les réfugiés (RDC) et l'ambassade de Somalie, l'OIM a fourni une assistance humanitaire directe sous forme de consultations médicales, de vivres, d'eau et d'articles non alimentaires à environ 90 migrants somaliens touchés par la violence.

Les migrants qui ont exprimé le désir de rentrer chez eux recevront une aide volontaire au retour humanitaire afin de garantir leur retour en toute sécurité. L'OIM est en étroite coordination avec le HCR pour trouver des solutions pour les Somaliens qui ne souhaitent pas rentrer chez eux.

Aider les familles qui sont restées

« Nous sommes en étroite coordination avec les autorités libyennes et nos homologues humanitaires pour nous assurer que l'assistance parvienne à tous ceux qui en ont besoin », a déclaré Othman Belbeisi, chef de mission de l'OIM en Libye. « Notre priorité est la sécurité et le bien-être des civils touchés par la violence ».

Dans le cadre de sa réponse humanitaire, l'OIM a fourni des matelas, des couvertures et des kits d'hygiène aux familles libyennes déplacées qui ont pu se réfugier dans une école de Tripoli.

Parallèlement, des migrants des centres de détention d'Ain Zara et de Salaheddin dans la zone touchée ont été évacués par la Direction de la lutte contre la migration illégale (DCIM) vers des centres plus sûrs, avec le soutien d'acteurs humanitaires.

Dans le cadre d'une intervention humanitaire conjointe des agences des Nations Unies et des organisations internationales, l’agence onusienne pour les réfugiés (HCR) a distribué des articles de première nécessité, dont 500 couvertures, au centre de détention d'Abou Slim, et des matelas, de la nourriture et des boissons à plus de 400 migrants.

Les équipes MSF mènent des consultations médicales et fournissent de la nourriture, de l'eau et des compléments nutritionnels aux personnes qui se trouvent toujours dans les centres de détention.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Libye : l’ONU appelle le gouvernement d’accord national à protéger les Tawerghas déplacés

Suites aux perquisitions la semaine dernière du camp de Tariq al Matar par un groupe armé allié au gouvernement d’accord national (GAN), le Haut-commissariat de l’ONU aux droits de l’homme a appelé vendredi le GAN à prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les personnes déplacées tawergha contre de nouveaux déplacements, la torture et d’autres violations des droits de l’homme.