RDC : le ministère de la santé annonce des cas présumés d’Ebola au Nord-Kivu (OMS)

1 août 2018

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a été informée mercredi par le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) de la présence de cas présumés d’Ebola au Nord-Kivu.

L’annonce faite par les autorités de Kinshasa fait suite aux résultats de laboratoire préliminaires indiquant un groupe de cas de maladie à virus Ebola (MVE) dans cette province du nord-uest de la RDC.

Le ministère de la santé de la République démocratique du Congo (RDC) a informé l'OMS que quatre des six échantillons ont été testés positifs au virus Ebola à l'Institut national de recherche biomédicale (INRB) à Kinshasa. Des tests complémentaires sont en cours.

L'annonce a eu lieu un peu plus d'une semaine après que le ministère de la santé de la RDC ait déclaré la fin d’une flambée épidémique dans la province de l'Équateur, située à l'extrême ouest du pays, à environ 2.500 km de la province du Nord-Kivu.

« Ebola est une menace permanente en RDC », a déclaré dans un communiqué le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS.

« Ce qui ajoute à notre confiance dans la capacité du pays à répondre, c'est la transparence dont le gouvernement a fait preuve une fois de plus », a souligné le Dr Tedros. « En travaillant en étroite collaboration avec le ministère de la santé et ses partenaires, nous combattrons cette crise comme nous l'avons fait la dernière fois », a ajouté le chef de l’OMS.

Le gouvernement de la RDC a rapidement fourni des mises à jour publiques sur la situation, publiant des communiqués de presse le 30 juillet et le 1er août.

« Puisque nous sortons d’une autre épidémie d’Ebola nous avons maintenu le personnel et l’équipement en place » a pour sa part déclaré le Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique. « Ceci nous permet d’engager une riposte immédiate », a-t-elle précisé.

Les cas présumés d’Ebola relevés dans une zone de conflit actif

La majorité des cas présumés d’Ebola se trouvent dans la zone de santé de Mangina, à 30 kilomètres de la ville de Beni. « Ce nouveau groupe de cas se produit dans un environnement très différent de celui où nous opérions dans le nord-ouest », a déclaré le Dr Peter Salama, Directeur général adjoint de l'OMS pour la préparation aux situations d'urgence et les interventions.

« C'est une zone de conflit actif. Le principal obstacle sera d'accéder en toute sécurité à la population touchée ».

Densement peuplée, la région du Kivu abrite plus d’un million de personnes déplacées. Avec des frontières communes avec le Rwanda et l'Ouganda, la province du Nord-Kivu connait de nombreux mouvements transfrontaliers du fait des activités commerciales.

L'OMS a déclaré qu’elle continuera de travailler avec les pays voisins de la RDC pour s'assurer que les autorités sanitaires soient alertées et prêtes à intervenir.
 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : l’épidémie d’Ebola terminée, les efforts doivent continuer pour éliminer d’autres maladies (OMS)

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a salué mardi la fin de la flambée d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC), tout en appelant à redoubler d’efforts pour éliminer les autres épidémies mortelles qui affecte le pays.