Développement durable : rendre les sociétés viables et résilientes

11 juillet 2018

Dans le cadre du Forum politique de haut niveau sur le développement durable, la Secrétaire générale adjointe de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, Isabelle Durant, a souligné la vulnérabilité des pays en développement aux chocs en raison de leurs faiblesses structurelles.

« Lors de notre dernier Conseil qui s’est tenu il y a un mois à Genève [… ], nous avons analysé les différents types de chocs influant sur les systèmes économiques, environnementaux et sociaux : les chocs financiers, les chocs liés aux prix des produits de base, les chocs environnementaux et les chocs liés aux conflits», a déclaré Isabelle Durant.

La Secrétaire générale adjointe de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), qui participait à une table ronde intitulée « transformation des sociétés pour les rendre viables et résilientes, a fait valoir que les politiques économiques et sociales devraient être axées sur les travailleurs plutôt que sur les secteurs.

Après avoir prôné la mise en place de mécanismes de protection sociale, elle a estimé que l’effacement de la dette ou le moratoire pour les pays qui subissent des chocs est un autre outil qui peut faciliter le relèvement, en libérant des fonds, le pays est mieux préparé à d'éventuels chocs futurs.

 

ONU Info/Jérôme Longué
Isabelle Durant, Secrétaire générale adjointe de la CNUCED

L’efficacité des technologies innovantes

La numéro 2 de la CNUCED a également vanté l’efficacité des technologies innovantes, avant, pendant et après les chocs, ainsi que pour accélérer les progrès et le développement en général. Mme Durant a donné l'exemple de la télédétection qui est utilisée pour identifier les zones vulnérables à la désertification, conduisant à des initiatives de reboisement. 

En outre, lorsque les imprimantes 3D seront largement utilisées, l'économie sera totalement bouleversée et il faudra adapter les approches de la résilience, a dit la Secrétaire générale adjointe.

Mme Durant a invité à regarder de près la résilience des petits États insulaires en développement, car ces derniers sont quotidiennement menacés par les chocs. 

« Nous devons tirer des leçons de leurs expériences pour mieux nous préparer à notre propre résilience », a-t-elle déclaré, avant de préconiser la diversification économique de manière à éviter la concentration des chocs sur un seul secteur.