Darfour : la reconfiguration de la MINUAD se déroule très bien, selon l’envoyé de l’ONU

10 mai 2018

La mise en œuvre de la phase deux de la reconfiguration de l’Opération de l’Union africaine et des Nations Unies au Darfour (MINUAD) se déroule très bien, a déclaré jeudi devant le Conseil de sécurité le Représentant spécial conjoint de l’Union africaine et des Nations Unies au Darfour, Jeremiah Mamabolo.

« Des progrès significatifs ont été faits depuis février avec le début de la construction de la base opérationnelle temporaire de Golo par la compagnie d’ingénieurs chinois tandis que la compagnie d’ingénieurs pakistanais améliore l’infrastructure routière dans la région, en particulier sur l’axe Nertiti-Golo », a expliqué M. Mamabolo, qui est également le chef de la MINUAD.

Bien qu’il soit encore trop tôt, selon lui, pour évaluer l’impact sur la sécurité et la protection des civils dans les zones où la MINUAD s’est retirée, le Représentant spécial conjoint a indiqué que ce retrait n’avait pour l’instant pas eu d’effet négatif.  La Mission espère néanmoins que le gouvernement du Soudan va établir son autorité dans ces zones, notamment en y installant des institutions relatives à l’Etat de droit et à la justice.

Bien que le processus de paix continue d’être dans l’impasse, M. Mamabolo a salué le fait que l’Armée de libération du Soudan-faction Minni Minawi (ALS-MM) et le Mouvement pour la justice et l’égalité (MJE) ont, au cours d’une réunion avec le gouvernement du Soudan à Berlin les 16 et 17 avril derniers, donné leur accord de principe sur le fait que le Document de Doha pour la paix au Darfour devrait servir de base pour les négociations, tout en rejetant des mécanismes proposés dans ce document.

S’agissant de la situation sécuritaire dans l’ensemble du Darfour, Jeremiah Mamabolo a souligné que le calme avait régné ces derniers mois, à l’exception d’affrontements sporadiques dans le Jebel Marra entre l’ALS-faction Abdul Wahid (ALS-AW), les forces gouvernementales et des nomades.

Quant à la situation humanitaire, environ près de 1,8 million de personnes déplacées se trouvent dans des camps. Les agences humanitaires des Nations Unies et leurs partenaires estiment en outre qu’il y 500.000 autres personnes déplacées vivant dans des communautés d’accueil ou des camps de fortune au Darfour.

Dans ce contexte, le chef de la MINUAD a appelé à la poursuite du soutien de la communauté internationale, y compris le Conseil de sécurité, pour aider à bâtir une paix durable dans cette région du Soudan.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Tchad : les premiers réfugiés soudanais rentrent au Darfour (HCR)

L'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a facilité les premiers retours volontaires de réfugiés soudanais vivant au Tchad.