Moyen-Orient : l’envoyé de l’ONU juge inacceptable les théories du complot qui alimentent l’antisémitisme

2 mai 2018

L’envoyé de l’ONU au Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, a jugé mercredi que la diffusion de théories du complot alimentant l'antisémitisme était inacceptable et ne servait ni les intérêts des Palestiniens eux-mêmes, ni la recherche de la paix dans la région.

Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, M. Mladenov réagissait aux propos tenus par le Président palestinien Mahmoud Abbas à l'ouverture du Conseil national palestinien lundi.

Selon la presse, le dirigeant palestinien a suggéré que le massacre des juifs européens pendant l'Holocauste avait un lien avec leurs pratiques financières.

M. Mladenov a déclaré dans un communiqué mercredi que le Président Abbas « a choisi d'utiliser son discours à l'ouverture du Conseil national palestinien pour répéter certains des propos antisémites les plus méprisants, y compris la suggestion que le comportement social des Juifs était la cause de l'Holocauste ».

« Les dirigeants ont l'obligation d’affronter l'antisémitisme partout et toujours, et non de perpétuer les théories du complot qui l'alimentent », a souligné M. Mladenov dans ce communiqué de presse.

L’envoyé de l’ONU au Moyen-Orient a également réitéré que nier le lien historique et religieux du peuple juif à la terre et aux lieux saints à Jérusalem était en contradiction avec la réalité.

Il a également souligné que l'Holocauste était le résultat de milliers d'années de persécution et que cela ne s’était pas produit dans le vide.

« C'est pourquoi les tentatives de réécriture, de minimisation ou de refus sont dangereuses », a-t-il déclaré.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Commémoration de l'Holocauste : le chef de l'ONU appelle à ne pas ignorer la haine aujourd'hui

A l'occasion d'une commémoration de l'Holocauste mercredi au siège de l'ONU, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a prévenu mercredi qu'il ne fallait pas ignorer la haine, la xénophobie et les autres formes de discrimination qui existent aujourd'hui dans le monde.