RCA : la MINUSCA appelle la population à éviter la spirale de la vengeance après les violences à Bangui

2 mai 2018

La Mission des Nations Unies en République centrafricaine, la MINUSCA, a indiqué mercredi que la situation à Bangui était calme après les violences de la veille dans la capitale, qui ont visé des civils et des lieux de culte.

« Lors d'une attaque qui a eu lieu hier, deux officiers de la MINUSCA ont été blessés, dont un grièvement, après avoir été bombardés de pierres par une foule. La Force opérationnelle interarmées de Bangui a mené des patrouilles et renforcé la sécurité dans toute la capitale », a expliqué le porte-parole adjoint du Secrétaire général de l'ONU, Farhan Haq, lors d'un point de presse au siège de l'ONU à New York.

« La MINUSCA a également pris une position forte dans d'autres parties du pays, notamment le long de l'axe Kaga Bandoro-Dekoa-Sibut », a-t-il ajouté.

Mardi, la MINUSCA a vivement condamné les attaques contre des civils et des lieux de culte à Bangui et a souligné que ces attaques étaient contraires aux lois nationales et internationales. La Mission a regretté en particulier les pertes en vies humaines de civils innocents dans plusieurs quartiers de Bangui et a appelé la population de la capitale et du pays à éviter toute escalade de la violence.

Dans un entretien accordé à ONU Info, le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro, a rappelé que « les populations doivent éviter de tomber dans cette spirale de vengeances». « Nous continuons donc à travailler avec les autorités pour voir comment régler ce problème de ce groupe criminel à PK5 (un quartier de la capitale) qui est à l’origine des problèmes mais également nous prenons des dispositions concernant des ex- Séléka du FPRC (Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique) qui menacent de descendre sur Bangui », a-t-il ajouté.

Il a expliqué que des gens s'en sont pris à la MINUSCA et ont fait des déclarations hostiles. « Mais nous parlons aux gens et leur disons que l’ennemi ce n’est pas la MINUSCA, l’ennemi se sont les groupes criminels et ensemble avec les forces centrafricaines, nous allons parvenir à répondre à cette situation non seulement à Bangui mais également à l’intérieur du pays où il y a quelques foyers de tensions».

Le porte-parole de la MINUSCA a appelé les populations à ne pas céder à la manipulation et de ne pas chercher à se faire justice. « Le problème n’est pas d’ordre religieux, ce n’est pas un problème chrétien ou musulman. Nous disons à certains groupes de la population d’éviter de prêter oreille aux déclarations de certains de leurs leaders, notamment du FPRC , des ex-Seleka de la FPRC, qui disent que ce que nous menons au kilomètre 5 est contre une communauté. Ce n’est pas vrai », a-t-il ajouté.

Il a conclu en appelant la population à faire confiance aux autorités « qui sont les seules capables de mener ce pays vers la paix, les autorités qui ont été élues démocratiquement ».  

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

République centrafricaine : la MINUSCA appelle tous les acteurs à renoncer à la violence

Suite aux dernières vagues de violences commises en République centrafricaine (RCA), l’opération de maintien de la paix de l’ONU dans le pays a appelé jeudi tous les acteurs centrafricains au calme et à la retenue.