Centrafrique : la voie de la paix et de la réconciliation reste longue et ardue, selon le chef de la MINUSCA

22 février 2018

Les violences et les atrocités qui continuent d’affecter une grande partie de la population civile centrafricaine rappellent que, malgré les efforts de la communauté internationale, la voie de la paix, de la stabilité et de la réconciliation en République centrafricaine (RCA) reste « longue et ardue », a déclaré jeudi devant le Conseil de sécurité l’envoyé de l’ONU dans ce pays.

« Ces violences et ces abus inacceptables des droits de l’homme sont essentiellement le fait des groupes armés, qui n’ont toujours pas renoncé à la violence criminelle et tardent à accepter la main tendue du dialogue offerte par le gouvernement », a précisé le Représentant spécial du Secrétaire général pour la RCA, Parfait Onanga-Anyanga.

Selon lui, le retour des réfugiés et des déplacés internes dans leurs lieux d’origine reste compromis par la violence et l’insécurité, dans un contexte humanitaire précaire, où la vie de près de la moitié de la population centrafricaine serait inimaginable sans une assistance humanitaire d’urgence.

Les efforts des forces de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) ont permis de réduire l’ampleur des conflits armés. Aujourd’hui, près de 80% de la violence en cours est d’origine criminelle avec seulement 6% du total pouvant être attribué aux affrontements que se livrent les groupes armés.

La paix est en marche

Malgré ce contexte difficile, « la paix est en marche en RCA », a affirmé M. Onanga-Anyanga.

« Nous regagnons chaque jour des pans entiers de légitimité, jadis perdue. Le gouvernement centrafricain est à pied d’œuvre pour restaurer l’autorité de l’Etat et renforcer les institutions démocratiques fraîchement établies. Le processus politique inclusif initié par le Président Touadéra se renforce progressivement », a-t-il souligné. « L’élargissement du gouvernement pour le rendre plus représentatif de la société permet aujourd’hui les progrès tangibles dans l’extension de l’autorité de l’État avec l’installation de tous les Préfets dans les 16 préfectures et de la majorité des sous-préfets ».

Selon le Représentant spécial, cette impulsion positive s’observe aussi dans le renforcement des structures judiciaires nationales, notamment avec l’organisation récente des sessions criminelles des Cours d’appel de Bangui et de Bouar. En outre, les préparatifs pour le lancement des travaux de la Cour pénale spéciale sont bien avancés.

Tout faire pour assurer la pérennité de ces avancées

M. Onanga-Anyanga a également noté que « grâce aux efforts multiformes en cours, les structures de sécurité et de défense nationales font aujourd’hui l’objet de réformes profondes ». Il a salué le rôle central joué par la Mission de formation de l’Union européenne (l’EUTM) dans la réforme des forces armées centrafricaines, les FACA. La MINUSCA pour sa part renforce son action en appui aux forces de sécurités internes à travers le recrutement de gendarmes et de policiers et sur un plan technique par l’appui à la mise en œuvre des différents cadres stratégiques.

« Il faut maintenant tout faire pour assurer la pérennité de ces avancées, y compris par une mobilisation de ressources conséquentes pour les cinq prochaines années », a dit Parfait Onanga-Anyanga.

Selon l’envoyé de l’ONU, la région et la communauté internationale ont « un rôle essentiel à jouer en vue d’aider le gouvernement de la RCA à consolider ses acquis ». « Il est essentiel que le pays demeure une priorité pour le Conseil de sécurité et continue de bénéficier d’un soutien international à la hauteur de ses priorités stratégiques », a-t-il conclu.

S’agissant des Casques bleus de la MINUSCA, l’envoyé de l’ONU a rappelé que la Mission continuait ses efforts pour la mise en œuvre de la politique de tolérance zéro en matière d’exploitation et d’abus sexuels. « Nous restons déterminés à améliorer notre propre performance », a-t-il déclaré.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Centrafrique : l’ONU exhorte la communauté internationale à soutenir la réponse humanitaire

La Sous-Secrétaire générale des Nations Unies aux affaires humanitaires, Ursula Mueller, a lancé jeudi un appel pressant à la communauté internationale lui demandant de continuer à soutenir la réponse humanitaire en République centrafricaine (RCA), à l’issue d’une visite de quatre jours dans ce pays.