Syrie : le chef de l’ONU appelle à la cessation des combats à Douma dans la Ghouta orientale

8 avril 2018

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est dit profondément préoccupé dimanche par le regain de violences au cours des 36 dernières heures à Douma dans la Ghouta orientale, en Syrie, après une période de calme relatif.

Les informations reçues font état de frappes aériennes et de bombardements soutenus sur Douma, de meurtres de civils, de destruction d'infrastructures civiles, et d’attaques ayant endommagé plusieurs établissements de santé. Il y a également eu des bombardements sur la ville de Damas, qui auraient tué des civils.

“Le Secrétaire général appelle toutes les parties à cesser les combats et à rétablir le calme et à se conformer pleinement à la résolution 2401 (2018) du Conseil de sécurité. Il réitère qu'il n'y a pas de solution militaire au conflit”, a dit son porte-parole, Stéphane Dujarric, dans une déclaration à la presse.

“Le Secrétaire général est particulièrement alarmé par les allégations selon lesquelles des armes chimiques ont été utilisées contre des populations civiles à Douma. Bien que l'ONU ne soit pas en mesure de vérifier ces informations, le Secrétaire général note que toute utilisation d'armes chimiques, si elle est confirmée, est odieuse et nécessite une enquête approfondie”, a-t-il ajouté.

“Il est essentiel que les civils soient protégés. Le Secrétaire général appelle toutes les parties à garantir le respect du droit international humanitaire et des droits de l'homme, y compris l'accès humanitaire en Syrie auprès de toutes les personnes dans le besoin, conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité”, a encore dit le porte-parole.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : plus de 1.700 personnes tuées dans la Ghouta orientale depuis la résolution du Conseil de sécurité

Les opérations militaires, notamment les frappes aériennes, dans l’enclave rebelle de la Ghouta orientale, en Syrie, ont tué plus de 1.700 personnes depuis l’adoption de la résolution 2401 du Conseil de sécurité, le 24 février, qui réclamait un cessez-le-feu immédiat de 30 jours, a déclaré mardi un haut-responsable onusien.