RDC : face à la détérioration de la situation, la communauté humanitaire a besoin de 1,68 milliard de dollars pour 2018

18 janvier 2018

La détérioration dramatique de la situation humanitaire en République démocratique du Congo (RDC) en 2017 a contraint les acteurs humanitaires à lancer un appel de fonds de 1,68 milliard de dollars pour 2018 afin de venir en aide à 13,1 millions de personnes dans le besoin.

L'expansion géographique des besoins et l'aggravation de la crise humanitaire dans les points de chaud exigent un accroissement de la réponse de la communauté internationale pour répondre aux besoins, a expliqué le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) dans un communiqué de presse.

Avec 1,9 million de personnes nouvellement déplacées en 2017, la RDC compte désormais 4,3 millions de personnes déplacées, ce qui en fait le pays africain avec le plus grand nombre de personnes déplacées.

Sur le front de la santé, l'année 2017 a enregistré la pire épidémie de choléra des 15 dernières années avec plus de 55.000 cas et plus de 1 000 décès. Plus de 42.000 cas de rougeole ont également été enregistrés en 2017.

Les experts en alimentation et nutrition estiment que 7,7 millions de personnes souffrent d'insécurité alimentaire, soit une augmentation de 30% par rapport à l'année précédente. Il y a 12 mois, les acteurs humanitaires avaient l'intention d'apporter une aide humanitaire à 7,1 millions de personnes en RDC, aujourd'hui ce chiffre s'élève à 10,5 millions.

« L'année écoulée a été l'une des plus difficiles pour des millions de civils, le cycle incessant de la violence, des maladies, de la malnutrition et de la perte de moyens de subsistance ayant eu des conséquences néfastes sur les familles. L'appel d'aujourd'hui reflète l'ampleur, la gravité et l'imprévisibilité d'une crise qui dure depuis trop longtemps. Nous sommes aux prises avec l'une des crises humanitaires les plus importantes, les plus aiguës et les plus complexes au monde », a déclaré jeudi à Kinshasa la Coordonnatrice humanitaire Kim Bolduc.

Cette perspective est sombre car le financement de l'action humanitaire en RDC est particulièrement bas. Seulement la moitié des 812,5 millions de dollars demandés en 2017 ont été reçus. Alors que la crise dans la région du Kasaï continue d'exiger une grande attention, le Nord-Kivu est la province la plus touchée par les mouvements de population.

Pour 2018, le plan d'action humanitaire estime que les garçons et les filles de moins de 18 ans représentent 60% des personnes dans le besoin. Environ 2,2 millions d'enfants souffrant de malnutrition auront besoin d'assistance. Près de 50% du financement ira à des projets d'urgence en matière de santé et de sécurité alimentaire.

« Sans le soutien essentiel de la communauté humanitaire, la survie de milliers de personnes est menacée et les espoirs de relèvement rapide seront anéantis. Nous devons assurer un financement suffisant pour faire face à l'ampleur de la crise », a déclaré Mme Bolduc.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : trois agences de l'ONU appellent à prévenir la famine dans la région du Kasaï

Trois agences humanitaires des Nations Unies ont tiré mercredi la sonette d'alarme concernant la situation alimentaire dans la région du Kasaï, en République démocratique du Congo (RDC), où la famine menace des millions de personnes.