En RDC, la saison des pluies pourrait aggraver l'épidémie de choléra, prévient l'OMS

16 janvier 2018

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a proposé son aide à la République démocratique du Congo (RDC) afin de renforcer la lutte contre la grave épidémie de choléra qui frappe le pays.

L'offre a été faite aux autorités congolaises par la Directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique, le Dr Matshidiso Moeti, lors d'une visite à Kinshasa lundi.

Environ 5.100 maisons ont été détruites et plus de 10.000 personnes se sont retrouvées sans abri suite aux récentes inondations en RDC. Ces dernières devraient considérablement accroître le risque de propagation du choléra à Kinshasa et dans tout le pays, a indiqué une porte-parole de l'OMS, Fadela Chaib, lors d'un point de presse à Genève.

Mme Chaib a précisé que la saison des pluies en cours en RDC doit se poursuivre jusqu'au moins de juin et pourrait aggraver la situation.

L'OMS collaborait déjà avec les autorités sanitaires congolaises pour renforcer la riposte face à l'épidémie de choléra. L'Organisation avait déployé une équipe d'experts techniques pour épauler les autorités et pour se rendre dans les différents lieux afin de recueillir des données, évaluer la situation du choléra et dispenser des formations.

Mme Chaib a indiqué que l'OMS avait récemment acheminé une aide médicale d'urgence comprenant des médicaments, des fournitures et des équipements essentiels pour répondre aux besoins de base de 10.000 personnes pour une période de trois prochains mois. L'agence onusienne avait également expédié quatre kits de lutte contre le choléra pouvant traiter au total 1.600 cas modérés et 400 cas sévères.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : la situation politique reste très fragile, selon l'ONU

Un an après la signature de l'accord politique du 31 décembre 2016, la situation politique en République démocratique du Congo (RDC) reste « extrêmement fragile », a déclaré mardi devant le Conseil de sécurité le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix.