Le Conseil de sécurité proroge d'un an le mandat de la Mission des Nations Unies au Liberia

18 septembre 2013

Le Conseil de sécurité a prorogé mercredi le mandat de la Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL) jusqu'au 30 septembre 2014, conformément à la recommandation du Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon.

Dans une résolution adoptée à l'unanimité, le Conseil décide également de maintenir à leur niveau actuel les effectifs de police autorisés de la MINUL, soit 1.795 policiers, dont dix unités de police constituées.

En outre, il encourage le gouvernement libérien et la MINUL à accélérer la planification de la transition et à identifier les lacunes importantes qu'il convient de combler pour faciliter son succès.

Pour le Conseil de sécurité, il s'agit ainsi de hiérarchiser les priorités, au nombre desquelles figurent la promotion des droits de l'homme et la réconciliation, d'évaluer les problèmes de sécurité qui se posent, notamment aux frontières, de renforcer les institutions démocratiques et d'étendre l'autorité de l'État et les services

publics à l'ensemble du territoire.

Par conséquent, le Conseil prie le Secrétaire général d'entreprendre une étude afin d'identifier les avantages comparatifs de la MINUL et de l'équipe de pays des Nations Unies et de lui présenter ses conclusions dans son rapport final.

Le Conseil de sécurité affirme enfin son intention de déployer une mission d'évaluation technique au Libéria d'ici à la fin de 2014, au lendemain des élections sénatoriales d'octobre 2014. Cette mission serait axée sur la transition en matière de sécurité, y compris les modalités et le calendrier détaillés de la transition future de la MINUL, dès l'achèvement de sa reconfiguration en cours, en juillet 2015.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La Représentante de l'ONU au Libéria salue les progrès considérables du pays en matière de stabilité et de développement

La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour le Liberia, Karin Landgren, a confirmé lundi, devant le Conseil de sécurité, que ce pays continuait de réaliser des progrès, à la veille du 10ème anniversaire de l'accord de paix, signé en août 2003 à Accra au Ghana, qui a mis fin à une guerre civile de plus de 10 ans.