Syrie : Valerie Amos exhorte les parties au conflit à éviter toutes pertes civiles

La Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, Valerie Amos. Photo ONU/Eskinder Debebe
La Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, Valerie Amos. Photo ONU/Eskinder Debebe

Syrie : Valerie Amos exhorte les parties au conflit à éviter toutes pertes civiles

Alors que les combats se poursuivent dans la ville d'Alep et ailleurs en Syrie, la Secrétaire général adjointe aux affaires humanitaires a exhorté dimanche toutes les parties au conflit dans ce pays à éviter les pertes civiles et à ménager un accès humanitaire aux populations en détresse.

« Je suis extrêmement préoccupée par l'impact des tirs d'artillerie et le recours aux chars d'assaut et autres armes lourdes à Alep, la ville la plus peuplée de Syrie, ainsi qu'à Damas et dans les villes voisines », a déclaré Valerie Amos, qui est également la Coordonatrice des secours d'urgence des Nations Unies, dans un communiqué de presse.

« J'appelle toutes les parties au conflit à s'abstenir de prendre pour cible des civils et à permettre aux organisations humanitaires d'accéder sans entraves aux populations piégées par les combats afin de pouvoir leur apporter l'aide vitale dont elles ont besoin », a-t-elle ajouté.

Le Comité international de la Croix-Rouge et le Croissant Rouge syrien, relève Mme Amos, estiment à près de 200.000 le nombre de Syriens déplacés par les combats à Alep au cours des deux derniers jours.

« Personne ne sait combien de gens continuent d'être piégés par les combats. Nombreux sont ceux qui ont cherché refuge dans des écoles ou dans d'autres établissements publics dans des zones plus sûres. Ces personnes ont besoin de toute urgence de vivres, de matelas et de couvertures, ainsi que d'articles de première nécessité et d'eau potable. »

La Secrétaire général adjointe a précisé que la situation sécuritaire dans les villes et le long des routes avaient rendu difficiles pour les agences humanitaires de prêter assistance aux familles de déplacés à Alep, Hama et dans d'autres secteurs.

« En dépit d'une situation très dangereuse, le Croissant rouge, les agences des Nations Unies et leurs partenaires continuent de distribuer une aide où et quand ils le peuvent », a-t-elle ajouté.

Au cours du weekend, l'Envoyé spécial conjoint pour les Nations Unies et la Ligue des États arabes pour la crise en Syrie, Kofi Annan, a exprimé sa préoccupation devant les informations faisant état de regroupement de troupes et d'armes lourdes autour d'Alep.

« Je rappelle aux parties au conflit leurs obligations en vertu du droit humanitaire international et des droits de l'homme et les exhorte à observer la plus grande retenue pour éviter des effusions de sang supplémentaires », a enjoint M. Annan.

« Je suis convaincu que l'escalade militaire à Alep et aux alentours ne fait que souligner la nécessité pour la communauté internationale de faire preuve d'unité et ce, afin de persuader les parties que seule une transition politique vers un règlement pacifique de la situation sera de nature à résoudre la crise et à ramener la paix en Syrie », a estimé Kofi Annan.

Vendredi, la Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, avait exprimé sa consternation devant la menace qui pèse sur les civils en Syrie et exhorté le gouvernement de ce pays et les groupes d'opposition armés à respecter les obligations qui leur incombent en vertu du droit international, sous peine de devoir en affronter les conséquences.

« Les civils et les structures civiles doivent être protégés à tout moment. Toutes les parties prenantes doivent veiller à distinguer civils et militaires », avait-t-elle plaidé.