Israël : une experte de l'ONU plaide pour une révision de la politique du logement

La Rapporteuse spéciale sur le droit à un logement adéquat, Raquel Rolnik. Photo ONU/Ryan Brown
La Rapporteuse spéciale sur le droit à un logement adéquat, Raquel Rolnik. Photo ONU/Ryan Brown

Israël : une experte de l'ONU plaide pour une révision de la politique du logement

La Rapporteuse spéciale des Nations Unies pour le droit au logement, Raquel Rolnik, a tiré lundi la sonnette d'alarme sur la récente privatisation et la commercialisation de biens publics en Israël provoquant la hausse des prix des logements pour les plus vulnérables.

La Rapporteuse spéciale des Nations Unies pour le droit au logement, Raquel Rolnik, a tiré lundi la sonnette d’alarme sur la récente privatisation et la commercialisation de biens publics en Israël provoquant la hausse des prix des logements pour les plus vulnérables.

« Les politiques du logement d’Israël nécessitent une révision urgente comme le démontrent les protestations massives de l’été dernier », a estimé lundi Mme Rolnik au terme d’une mission de deux semaines dans le pays. Elle a estimé que ces mesures avaient pour effet de désavantager les familles à faible revenus.

« Les autorités israéliennes ont permis auparavant à des vagues d’immigrants juifs et de réfugiés de se loger de manière adéquate mais aujourd’hui ces politiques ne sont pas en mesure de répondre aux besoins des minorités et des plus pauvres », a-t-elle ajouté.

La Rapporteuse spéciale a souligné que les Palestiniens qui vivent en Israël et ceux vivant sous occupation militaire sont directement affectés par ces récentes mesures. Elle a également ajouté que les politiques mises en œuvre à Jérusalem-Est et en Cisjordanie sont de nature à particulièrement discriminer les Palestiniens en matière de logement.

« Durant ma visite j’ai reçu des plaintes répétées sur le manque de logements, les menaces de démolitions et d’expulsions, la surpopulation, le nombre disproportionné de démolitions affectant les communautés palestiniennes ainsi que l’accélération du développement des colonies en majeure partie juives », a déclaré Mme Rolnik.

Selon l’experte indépendante, la stratégie israélienne est guidée par une inquiétude sécuritaire qui peut être discriminatoire.

Mme Rolnik présentera son rapport de mission devant le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies en 2013.