Yémen : le PAM renforce son aide alors que la situation se dégrade

Des Yéménites déplacés dans le gouvernorat d'Abyan. Photo IRIN/Adel Yahya
Des Yéménites déplacés dans le gouvernorat d'Abyan. Photo IRIN/Adel Yahya

Yémen : le PAM renforce son aide alors que la situation se dégrade

Le Programme alimentaire mondial (PAM) est inquiet de la détérioration de la sécurité alimentaire au Yémen, causée par la hausse des prix, les graves pénuries de carburant et l'instabilité politique.

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a exprimé mercredi son inquiétude sur la détérioration de la sécurité alimentaire au Yémen, causée par la hausse des prix des denrées alimentaires, les graves pénuries de carburant et l'instabilité politique. L'agence est en train de renforcer ses actions.

« Au Yémen, la hausse des prix alimentaires et l'instabilité politique ont fait sombrer des millions des personnes, désormais vulnérables, dans la faim », a déclaré la Directrice exécutive du PAM, Josette Sheeran.

« La malnutrition affecte particulièrement la vie des femmes et des enfants. L'assistance du PAM fournit une alimentation essentielle et de la stabilité en cette période d'immenses besoins », a-t-elle ajouté.

Le PAM est en train de renforcer ses programmes au Yémen afin d'alimenter 3,5 millions de personnes vulnérables. L'agence porte assistance à plus de 70.000 personnes qui ont dû fuir leur domicile à cause des combats incessants dans le sud du pays. Par ailleurs, au nord, le PAM porte assistance à près d'un demi million de déplacés internes et de personnes affectées par sept années de guerre.

Les prix des denrées alimentaires ont augmenté de manière considérable depuis le début de l'année. Par exemple, le prix du pain a doublé en six mois, précipitant encore davantage de personnes dans l'insécurité alimentaire.

Selon une récente évaluation conduite dans les quatre gouvernorats les plus pauvres (Rayma, Amran, Hajjah et Ibb), de plus en plus de personnes ne sont plus capables de subvenir à leurs besoins alimentaires de base et de nombreuses familles doivent sauter un repas ou faire l'impasse sur certains services de base, comme les soins médicaux, afin d'acheter de la nourriture.

Cette situation expose encore davantage les familles, et les enfants en particuliers, à la malnutrition. Avant la crise, plus de 50% des enfants yéménites souffraient déjà de malnutrition chronique et plus de 13% souffraient de malnutrition aigüe.

« Subvenir aux besoins urgents des plus vulnérables représente un immense défi, surtout en plein cœur d'une situation sécuritaire très volatile », a expliqué la Représentante du PAM au Yémen, Lubna Alam.

« En plus de nourrir les déplacés internes yéménites, le PAM porte assistance aux réfugiés provenant de la Corne de l'Afrique, c'est-à-dire des personnes très touchées par l'insécurité alimentaire et la hausse des prix alimentaires, mais aussi des enfants malnutris, ainsi que des femmes enceintes et allaitantes », a-t-elle précisé.