L'ONU demande aux Etats de faire de la santé des personnes âgées une priorité

L'ONU demande aux Etats de faire de la santé des personnes âgées une priorité

Une femme âgée (Maroc)
Avec le nombre de personnes âgées de plus de 60 ans devant atteindre deux milliards en 2050, soit plus d'un cinquième de la population mondiale, la lutte contre la discrimination des personnes âgés devrait être parmi les priorités des gouvernements et des sociétés, a déclaré vendredi la Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay.

« Malheureusement, les préjugés et la stigmatisation contre les personnes âgées sont répandues partout dans le monde. La discrimination basée sur l'âge est présente dans des domaines vitaux tels que la protection sociale, l'accès aux services publics et à l'emploi. Les liens étroits entre cette discrimination et l'accès aux services de santé sont d'une pertinence particulière. La santé est au cœur des droits de l'homme pour les personnes âgées, » a dit Mme Pillay, qui s'est exprimée sur le sujet vendredi à Genève lors d'un panel de la 18ème session du Conseil des droits de l'homme.

Un rapport du Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon à l'Assemblée générale met en évidence que l'âge est souvent un paramètre pour déterminer si une personne doit avoir droit accès aux médicaments, aux traitements ou aux soins de longue durée. De nombreuses personnes âgées disent qu'elles ont l'impression que leur âge est considéré comme une maladie et qu'elles sont souvent renvoyées sans diagnostic réel.

Mme Pillay a souligné le manque des services, de structures et de soins adaptés ou bien leurs prix prohibitifs. Cela pose problème étant donné que parmi les personnes âgées de 60 ans ou plus, seulement une personne sur cinq bénéficie d'une retraite. Cela expose beaucoup de personnes âgées à la pauvreté.

« Un système de protection sociale est primordial, et les Etats sont tenus d'allouer suffisamment de moyens pour s'assurer de pouvoir faire face à la demande maintenant et à l'avenir. Les besoins particuliers des personnes âgées doivent faire partie des systèmes de santé nationaux, surtout dans les pays à revenu faible ou moyen, » a expliqué Mme Pillay.

Selon la Haut commissaire aux droits de l'homme, les services de santé spécialisés pour les personnes âgées, les centres résidentiels et les programmes de soins à domicile doivent être des priorités qui reçoivent une attention particulière pour que les personnes qui sont à la fin de leurs vies puissent vivre et mourir dans la dignité.