Haïti : l'ONU appelle au calme après des incidents violents lors du scrutin

Haïti : l'ONU appelle au calme après des incidents violents lors du scrutin

Des cartes d'identité haïtiennes prêtes à être distribuées avant l'élection du 28 novembre.
Les Nations Unies et la communauté internationale ont appelé au calme et exprimé « leur vive préoccupation » sur la situation en Haïti suite aux nombreux incidents qui ont émaillé le déroulement du scrutin du dimanche 28 novembre.

Dans un communiqué de presse les Nations Unies et la communauté internationale ont exhorté dimanche soir « la population ainsi que l'ensemble des acteurs politiques à rester calmes, rappelant qu'une éventuelle détérioration de l'état de la sécurité dans le pays aura des conséquences dramatiques immédiates sur le nombre des victimes de l'épidémie de choléra ».

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a également exprimé sa préoccupation suite aux incidents qui ont émaillé le déroulement du premier tour des élections présidentielles et législatives du 28 novembre.

Le Secrétaire général a exprimé son souhait de voir « une résolution de la crise politique dans le pays ». Enfin, il a exhorté « le peuple haïtien ainsi que l'ensemble des acteurs politiques à rester calmes, étant donné qu'une éventuelle détérioration de la situation sécuritaire aurait des conséquences immédiates sur les efforts pour contenir l'épidémie de choléra ».

Selon la presse, le scrutin a été marqué dimanche par plusieurs scènes de violence dans différents bureaux de vote. Beaucoup ont été saccagés et de nombreux affrontements entre rivaux politiques auraient fait deux morts et plusieurs blessés.

Le bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué lundi par communiqué de presse que le nombre de cas de personnes contaminées par le choléra restait stable.

Le dernier bilan de l'épidémie fait état de 29.871 personnes hospitalisées et 1.603 personnes décédées du choléra, avait souligné vendredi la porte-parole d'OCHA, Elysabeth Byrs, lors d'une conférence de presse à Genève en Suisse. Les scénarii les plus pessimistes de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) prévoient la contamination de 400.000 personnes si rien n'est fait urgemment, a souligné Elysabeth Byrs.

L'ONU et ses partenaires ont acheminé quatre millions de tablettes de traitement de l'eau et 11.000 savons qui seront distribués dans les deux prochaines semaines. Environ 22.000 affiches de prévention du choléra seront également placées dans les bureaux de vote. Environ une centaine de centre ou d'unités de traitement du cholera ont été mis en place depuis le début de l'épidémie.

Selon OCHA, environ un million de personnes vivant dans une cinquantaine de quartiers sont particulièrement vulnérables à l'épidémie.