Afrique du Sud: l'ONU poursuit son aide aux victimes de violences xénophobes

24 juin 2008

L'équipe interorganisation de l'ONU en Afrique du sud poursuit ses activités d'appui des efforts du gouvernement sud africain afin de venir en aide aux victimes d'actes de violence xénophobe.

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a récemment mis sur pied une ligne téléphonique destinée aux réfugiés et aux demandeurs d'asile. L'agence participe également aux efforts d'inscription du gouvernement dans la province de Gauteng.

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF, quant à lui, apporte son appui dans les domaines de la nutrition, de l'éducation et de la protection des enfants. Il fournit également du matériel de loisir pour les écoliers, a rapporté la porte parole du Secrétaire général.

Cette équipe a également dirigé des programmes de formation sur les principes humanitaires et d'intervention d'urgence destinés aux fonctionnaires de la ville du Cap et d'ailleurs.

Au mois de mai, des attaques xénophobes ont fait plusieurs dizaines de morts et des dizaines de milliers de déplacés parmi la communauté d'étrangers vivant en Afrique du sud.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Afrique du Sud : L'ONU s'inquiète des actes de violence xénophobe

Les agences de l'ONU qui se trouvent en Afrique du sud sont gravement préoccupées par la poursuite d'actes de violence xénophobe dont sont victimes, depuis plusieurs jours, les étrangers vivant dans la province de Gauteng ainsi que dans d'autres régions de l'Afrique du Sud.