Le Conseil de sécurité résolu à resserrer les relations entre l'ONU et l'Union africaine

17 avril 2008

Le Conseil de sécurité, au terme d'un débat sur la paix et la sécurité en Afrique, réunissant une quarantaine de chefs d'État et de gouvernement, de ministres et d'ambassadeurs, s'est déclaré, hier, « résolu à prendre des mesures efficaces » en vue de resserrer davantage encore les relations entre les Nations Unies et les organisations régionales, en particulier l'Union africaine, notamment au regard de la crise alimentaire mondiale qui se fait jour.

Cette réunion, en présence du Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a été marquée par l'intervention du président de la Commission de l'Union africaine, Alpha Omar Konaré, qui, appuyé par plusieurs pays africains, a appelé la communauté internationale à agir de toute urgence pour faire face à la crise alimentaire mondiale actuelle, laquelle constitue, selon lui, un « problème de sécurité humaine », rapporte un communiqué de l'ONU.

« Si la saison des pluies n'est pas bonne, nous risquons d'aller vers la plus grave des catastrophes », a-t-il dit. « La faim tue et nous ne pouvons pas attendre le Sommet du G-8 du mois de juillet », a averti l'ancien président du Mali, qui achève son mandat à la tête de la Commission.

En adoptant à l'unanimité la résolution 1809 (2008), le Conseil de sécurité s'est également dit « résolu » à renforcer ses relations avec les organes compétents des organisations régionales, en particulier le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine.

Il « encourage » en outre la « participation continue des organisations régionales et sous-régionales au règlement pacifique des différends, notamment grâce à la prévention des conflits, à l'instauration de la confiance et aux efforts de médiation ».

Parmi les sept chefs d'État et de gouvernement qui se sont exprimés lors de ce débat, le président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila Kabange, a plaidé en faveur de la création d'un fonds spécial pour le maintien de la paix en vue de permettre un « financement durable des opérations de maintien de la paix des organisations régionales, notamment l'Union africaine ».

Enfin, le président de la Somalie, M. Abdullahi Yusuf Ahmed, a demandé au Conseil de sécurité de décider l'envoi d'urgence dans son pays d'une force internationale afin de l'aider à réaliser la réconciliation, la stabilisation, le désarmement et la paix durable.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.