Kofi Annan au Liban pour la mise en oeuvre de la résolution 1701

28 août 2006

A Beyrouth, première étape de sa tournée au Moyen-Orient, le Secrétaire général s'est entretenu aujourd'hui avec le Premier ministre libanais et le président du Parlement pour discuter des conséquences de la guerre au Liban et des mesures prises pour mettre en oeuvre la résolution 1701 visant à instaurer un cessez-le-feu permanent dans la région.

« C'est une période très critique pour le Liban », a déclaré Kofi Annan, à son arrivée à l'aéroport de Beyrouth où il a été accueilli par le ministre des Affaires étrangères libanais Fawzi Salloukh.

« Il y a beaucoup à faire. Nous avons travaillé ensemble pendant la guerre pour apporter des secours aux plus démunis. Nous entrons maintenant dans la phase de reconstruction et de la pleine mise en oeuvre de la résolution » 1701, a affirmé le Secrétaire général, à l'issue d'une rencontre avec le président du Parlement, Nabih Berri, personnalité chiite proche du Hezbollah.

« J'ai assuré Monsieur Berri que les Nations Unies et la communauté internationale souhaitaient travailler de manière très étroite avec les parties pour la pleine mise en oeuvre de la résolution et de l'établissement une paix durable dans la région », a-t-il rapporté.

« Il y a une chance pour un cessez-le-feu à long terme », a-t-il encore insisté.

Lors d'une conférence de presse donnée conjointement avec le Premier ministre Fouad Saniora, Kofi Annan a appelé à la levée du blocus naval et aérien imposé par Israël au Liban et à la libération des deux soldats israéliens capturés le 12 juillet dernier par le Hezbollah.

Le Secrétaire général a aussi souligné l'importance d'avoir « une seule loi, une seule autorité » au Liban.

Kofi Annan s'entretiendra aujourd'hui avec Serge Brammertz, chef de la Commission d'enquête internationale sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafik Hariri, a par ailleurs indiqué son porte-parole à New York.

Il rencontrera également le commandant de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), Alain Pelligrini, lors d'un dîner organisé par le Premier ministre Saniora.

Dans sa résolution 1701, le Conseil de sécurité a lancé un appel à la « cessation totale des hostilités » au Liban, qui est entrée en vigueur le 14 août après 34 jours de combats entre le Hezbollah et Israël.

Le Conseil a également appelé Israël et le Liban à appuyer « un cessez-le feu permanent » et « une solution à long terme ».

La résolution demande par ailleurs « au gouvernement libanais et à la FINUL (...) de déployer leurs forces ensemble dans tout le Sud » et « au gouvernement israélien de retirer en parallèle toutes ses forces du Sud-Liban ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.