Israël/Palestine : le Conseil de sécurité se penche sur la crise qui vient d'éclater

30 juin 2006

Lors d'une réunion du Conseil de sécurité sur la détérioration du conflit entre Israéliens et Palestiniens, la Sous-secrétaire générale aux affaires politiques a estimé que la crise qui venait d'éclater dans la bande Gaza était « grave ».

Angela Kane, Sous-secrétaire générale aux affaires politiques, a rappelé aujourd'hui que les combattants palestiniens avaient capturé un soldat israélien, lors d'un exposé au Conseil de sécurité réuni en séance publique sur les derniers événements intervenus au Moyen-Orient.

Les groupes palestiniens qui ont enlevé le soldat ont affirmé qu'il ne serait libéré que sous certaines conditions. Mais, le Premier ministre israélien a rejeté toute négociation pour la libération du soldat Shalit, a-t-elle affirmé.

Des démarches diplomatiques ont été menées par l'Égypte, la France et la Jordanie, a aussi indiqué Angela Kane.

L'opération militaire lancée par Israël pour libérer le soldat Shalit, qui a mobilisé des milliers d'hommes, a commencé quelques heures après l'enlèvement, a rapporté la Sous-secrétaire.

Des chars sont entrés dans la bande de Gaza et des transports de troupes se sont dirigés vers l'aéroport de Gaza. Des avions israéliens ont lancé des frappes aériennes en volant à basse altitude et en franchissant le mur du son au dessus des zones habitées par les populations civiles, a-t-elle ajouté.

Un jeune colon israélien a été enlevé près de Ramallah et son corps a été retrouvé le lendemain, a poursuivi Angela Kane.

Israël a déclaré que l'opération que ses forces venaient de lancer viserait aussi l'élimination des tirs de roquettes qu'opèrent des combattants palestiniens à partir de la bande de Gaza, a encore dit la Sous-secrétaire.

Hier, 30 frappes aériennes ont été lancées par les forces d'Israël et des bâtiments officiels palestiniens ont été touchés. Une frappe aérienne a détruit, dans la journée de mercredi, la centrale électrique de la bande de Gaza. Plus de 50% de la population n'ont plus d'accès à l'électricité, a-t-elle déploré, en précisant que les hôpitaux en étaient également privés.

Le conflit qui vient d'éclater est grave, car il pourrait causer des affrontements à grande échelle entre Israël et les Palestiniens, a prévenu Angela Kane.

Il est injuste que la population palestinienne se trouve prise entre deux feux, a-t-elle estimé.

La communauté internationale est très inquiète, après l'enlèvement par Israël de nombreux membres du gouvernement et du parlement palestiniens, a-t-elle encore affirmé.

« Profondément préoccupé par l'évolution de la situation » entre Israëliens et Palestiniens qui entraînent « une grave détérioration de la situation humanitaire dans la région », le Secrétaire général avait appelé hier Israël à « faire preuve de retenue » et la partie palestinienne à « mettre fin aux tirs de roquettes » (dépêche du 29.06.06).

Les agences des Nations Unies ont exprimé aujourd'hui leur inquiétude concernant la situation humanitaire dans la bande de Gaza, rappelant que plus de la moitié de l'alimentation électrique a été coupée et que les conduites d'eau ont été endommagées par les frappes aériennes israéliennes (dépêche du 30.06.06).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.