ONU-Habitat : plus de la moitié de la population vivra dans les villes en 2007

16 juin 2006

Alors qu'en 2007 s'opèrera une transition « historique » vers une population mondiale en majorité citadine, un nouveau rapport de l'agence des Nations Unies pour l'habitat affirme que les habitants des bidonvilles dans les pays en développement ont un niveau de vie similaire voire moins élevé que ceux des campagnes.

« Le rapport, intitulé 'L'état des villes dans le monde 2006/2007' montre que les habitants des bidonvilles ? plus d'un milliards d'êtres humains ? meurent plus jeunes, sont plus exposés à la faim et à la maladie, sont moins éduqués et ont moins d'opportunités d'emploi que les autres résidents des villes qui ne vivent pas dans les bidonvilles », indique aussi l'Agence des Nations Unies pour les établissements humains ( ONU-Habitat ) dans un communiqué publié aujourd'hui à Vancouver et à Nairobi.

« Le rapport montre clairement que chaque ville a deux faces ? une partie de la population qui bénéficie de tous les avantages de la cité et l'autre, celle des bidonvilles et des squats, où les pauvres vivent dans des conditions souvent pires que dans les campagnes », a dit Anna Tibaijuka, directrice d'ONU-Habitat, lors d'une conférence de presse donnée aujourd'hui à New York, pour le lancement du rapport.

imageRetransmission de la conférence de presse[45mins]

« Il est temps que les donateurs et les gouvernement nationaux reconnaissent la pénalité subie par les habitants des villes et qu'il apportent des ressources pour améliorer les conditions de vie dans les bidonvilles », a-t-elle déclaré.

Le rapport montre des similarités frappantes entre les bidonvilles et les zones rurales dans les domaines de la santé, de l'éducation, de l'emploi et de la mortalité.

Au Bangladesh, en Ethiopie, en Haïti ou en Inde, la malnutrition des enfants des bidonvilles est comparable à ceux des campagnes.

En Afrique sub-saharienne, les enfants vivant dans les bidonvilles ont plus de chances de mourir de maladies respiratoires ou liées à l'eau que les enfants des campagnes. Les femmes des bidonvilles risquent aussi davantage d'être atteintes du SIDA.

« La plus grande partie de la croissance urbaine ? 95%- dans les deux prochaines décennies, sera absorbée par les villes du monde développé, qui sont les moins bien équipées pour cette rapide urbanisation », affirme le rapport.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.