Niger : deux millions de moustiquaires contre le paludisme

3 avril 2006

Le Niger vient d'achever avec l'aide des Nations Unies une grande campagne de distribution de moustiquaires, à temps avant le début de la saison des pluies pour prévenir le paludisme. Un programme modèle dans le cadre des objectifs de développement du millénaire.

Financé par le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme à hauteur de 11 millions de dollars et l'agence canadienne du développement (CIDA) pour deux millions de dollars, le programme a marié campagne de vaccination contre la polio et distribution de moustiquaires, souligne un communiqué du Fonds mondial publié aujourd'hui.

Un « bon » pour une moustiquaire était remis aux mères après que leurs enfants de moins de cinq ans aient été vaccinés contre la polio. La Croix-Rouge internationale et le Croissant-Rouge ont mené, avec le ministère de la Santé nigérien, deux « offensives », en décembre puis en mars.

Le Niger, avec 12 millions d'habitants, figure au dernier rang de 177 pays de l'Index pour le développement humain du PNUD. La quasi-totalité de la population est considérée à risque pour le paludisme. Le taux de mortalité infantile avant cinq ans est parmi les plus haut dans le monde (255 pour 1000).

Le programme national du Niger contre le paludisme, financé en partie par le Fonds mondial, vise à offrir à plus de 90 % de la population à risque au moins une moustiquaire par foyer.

Cette opération, peu onéreuse et menée rapidement, « peut être vue comme un modèle pour les campagnes similaires prévues ailleurs en Afrique et une étape importante vers l'accomplissement des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ».

Outre les bailleurs de fonds principaux, le programme a également été soutenu par les Croix-Rouge américaine et norvégienne, le Rotary, le Centre pour la recherche médical (CERMES), le Partenariat contre la rubéole, le Programme d'éradication de le polio et le Partenariat contre le paludisme qui comprennent l'Organisation mondiale de la santé (OMS), UNICEF et les Centres pour la prévention et le contrôle des maladies.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.