La première affectation du Fonds d'urgence humanitaire ira à la Corne de l'Afrique, annonce Jan Egeland

9 mars 2006

Le Fonds d'urgence humanitaire, lancé aujourd'hui par le Secrétaire général, sera opérationnel immédiatement et la première affectation ira à la Corne de l'Afrique, région ravagée depuis des mois par la sécheresse, où 11 millions de personnes sont actuellement menacées par la famine, a annoncé le Coordonnateur des secours d'urgence des Nations Unies.

« C'est pour moi un jour très émouvant. Je me bats pour la création de ce Fonds depuis un an. Le premier grand fonds humanitaire voit le jour. Il s'est mis place plus vite qu'on ne le pensait. C'est le signe que le monde devient meilleur », a déclaré Jan Egeland, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence des Nations Unies, lors d'une conférence de presse donnée à l'issue du lancement du Fonds central d'intervention d'urgence (CERF).

« L'idée que le monde va de plus en plus mal est fausse. La raison pour laquelle on a cette impression est que vous rapportez de mieux en mieux les faits et les besoins dans le monde », a déclaré le Secrétaire général adjoint, interpellant les journalistes, au siège de l'ONU à New York.

image• Retransmission de la conférence de presse [47mins]

« Nous préparons actuellement la première affectation du Fonds d'urgence aux victimes de la sécheresse dévastatrice qui frappe la Corne de l'Afrique », a annoncé Jan Egeland, précisant qu'une équipe était actuellement sur le terrain pour évaluer les besoins et les priorités au Kenya.

Depuis des mois, les agences humanitaires et les experts réclament sans succès des fonds aux donateurs pour venir en aide aux 11 millions de personnes menacées par la famine dans cinq pays de la région (dépêche du 20.02.06).

Le Coordonnateur des secours d'urgence a aussi indiqué qu'une deuxième opération serait lancée dans l'ouest de la Côte d'ivoire où les bureaux des agences humanitaires ont été saccagés, provoquant l'interruption de l'aide au mois de janvier dernier (dépêche du 16.02.06).

Le Fonds permettra une action « pus rapide, plus flexible et plus prévisible » en cas de catastrophes naturelles, a rappelé Jan Egeland.

« L'argent, qui sera alloué de manière inconditionnelle, » permettra aussi de venir en aide aux victimes des crises oubliées, a-t-il encore rappelé.

« Les aides s'apparentent trop souvent à une loterie que peu de gens gagnent, mais que la plupart perdent, et qui est fondée sur d'autres considérations que les besoins réels », avait déclaré Jan Egeland dans un communiqué du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) annonçant le lancement du CERF (dépêche du 02.03.06).

Faisant un nouveau bilan des promesses de dons, le Secrétaire général adjoint a annoncé que 256 millions de dollars avaient été atteint aujourd'hui. Quelque 40 millions de dollars ont été promis dans la matinée – 17 millions de dollars par le Canada et 10 millions de dollars par les Etats-Unis. Le plus gros donateur reste le Royaume-Uni avec un montant de 70 millions de dollars. On compte au total 36 pays donateurs.

Les Nations Unies espèrent rassembler 500 millions de dollars pour ce nouveau Fonds, soit une somme dix fois supérieure à celle dont dispose l'ancien Fonds central autorenouvelable d'urgence, indique le communiqué.

Voir l'ensemble des déclarations à l'occasion du lancement du CERF dans le communiqué de l'ONU et notre dépêche sur l'intervention du Secrétaire général.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.