Iran : Mohammed ElBaradei transmet son rapport sur le nucléaire iranien aux membres de l'AIEA

28 février 2006
Mohamed ElBaradei, directeur de l'AIEA

Le directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Mohammed ElBaradei, a transmis cette semaine aux Etats membres de l'Agence le dernier rapport sur le nucléaire iranien qui sera examiné par le Conseil des gouverneurs le 6 mars prochain, selon un communiqué publié aujourd'hui.

« La circulation du document est restreinte et, à moins que le Conseil des gouverneurs en décide autrement, l'Agence ne peut pas autoriser sa publication », précise un communiqué publié aujourd'hui à Vienne.

L'Iran avait provoqué, début janvier, une crise diplomatique en annonçant la reprise de ses activités liées à l'enrichissement de l'uranium qui sert à fabriquer du combustible pour les centrales nucléaires civiles mais qui peut-être utilisé pour la fabrication de l'arme atomique (dépêche du 11.02.06).

Dans une déclaration commune publiée le 13 janvier dernier, la France, l'Allemagne et la Royaume-Uni - UE-3 – avaient décidé de cesser les négociations avec l'Iran et demandé une saisine du Conseil de sécurité pour donner plus de poids aux résolutions de l'AIEA.

A l'issue d'une réunion « extraordinaire » sur la question du nucléaire iranien, le Conseil des gouverneurs de l'AIEA avait adopté, le 4 février dernier, une résolution demandant le transfert du dossier iranien, c'est-à-dire « tous les rapports et résolutions relatifs à la mise en œuvre des garanties en Iran », au Conseil de sécurité.

Dans sa résolution, le Conseil des gouverneurs estimait aussi « nécessaire » que l'Iran rétablisse la suspension de « toutes activités liées à enrichissement et au retraitement, y compris la recherche et le développement ».

Le texte demandait également à l'Iran de « rétablir pleinement et rapidement sa coopération avec l'Agence », ce qui permettrait de « clarifier les possibles activités qui pourraient avoir une dimension nucléaire militaire » (dépêche du 06.02.06).

Les membres du Conseil de sécurité ont fait clairement savoir, à plusieurs reprises, qu'ils ne prendraient pas de mesures avant la remise du rapport de Mohammed ElBaradei et avant la prochaine réunion du Conseil des gouverneurs prévue le 6 mars (dépêche du 03.02.06).

De son côté, le Secrétaire général avait espéré que l'Iran prendrait, dans le courant du mois de février, « des mesures susceptibles de ramener les parties à la table des négociations » et encouragé les pourparlers de Moscou visant à discuter d'une proposition russe sur l'enrichissement de l'uranium iranien (dépêche du 17.02.06 et dépêche du 06.02.06).

Selon les informations parues dans la presse, l'Iran et la Russie poursuivent un « accord de principe » sur la création d'une société conjointe, basée en Russie, qui serait chargée de fournir de l'uranium enrichi aux installations nucléaires iraniennes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.