AIEA : reprise demain de la réunion du Conseil des gouverneurs sur l'Iran

3 février 2006

La réunion extraordinaire du Conseil des gouverneurs de l'Agence de l'énergie atomique (AIEA), saisi d'une résolution sur le transfert du dossier nucléaire iranien au Conseil de sécurité, qui s'est ouverte hier à Vienne, reprendra demain samedi.

Les 35 membres du Conseil des gouverneurs de l'AIEA ne se réuniront pas aujourd'hui comme prévu sur le dossier iranien mais tiendront des consultations demain samedi, annonce aujourd'hui l'Agence.

« Que le Conseil des gouverneurs décide de transférer ou non le dossier au Conseil de sécurité, tout le monde est d'accord sur le fait que la seule façon de sortir de l'impasse est la diplomatie et la négociation », a déclaré Mohammed ElBaradei, directeur général de l'AIEA, lors d'une conférence de presse donnée hier à Vienne, à l'issue de la première journée de la réunion extraordinaire du Conseil des gouverneurs sur le dossier nucléaire iranien.

« Tous les membres du Conseil des gouverneurs qui ont pris la parole sur cette question, y compris ceux qui soutiennent le transfert du dossier au Conseil de sécurité, ont fait clairement savoir qu'à ce stade, il ne sera pas demandé au Conseil de sécurité de prendre des mesures, certainement pas avant que je ne remette mon rapport, en mars », a indiqué Mohammed ElBaradei, qui doit remettre son rapport le 6 mars prochain.

« La résolution qui est actuellement soumise au Conseil des gouverneurs - parrainée par la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni – affirme que l'on devrait transférer cette question » du nucléaire iranien au Conseil de sécurité, a-t-il informé. « Mais les parrains ont fait savoir clairement qu'il ne sera pas demandé au Conseil de sécurité de prendre des mesures avant au moins le mois de mars », a-t-il insisté.

La réunion du Conseil des gouverneurs avait été demandée par la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni pour discuter de la mise en œuvre des garanties de l'AIEA en Iran et des résolutions du Conseil relatives à cette question.

Dans une déclaration commune publiée le 31 janvier dernier, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l'Allemagne s'étaient mis d'accord pour transférer au Conseil de sécurité, cette semaine, la décision du Conseil des gouverneurs de l'AIEA « sur les mesures à exiger de l'Iran ».

Dans une déclaration commune publiée le 13 janvier dernier, la France, l'Allemagne et la Royaume-Uni, regroupés sous la dénomination UE-3, décidaient de cesser les négociations avec l'Iran et demandaient une saisine du Conseil de sécurité pour donner plus de poids aux résolutions de l'AIEA.

Après l'annonce faite par l'Iran de sa décision de reprendre une partie de ses activités liées à l'enrichissement de l'uranium, les inspecteurs de l'AIEA confirmaient, le 10 janvier dernier, que l'Iran avait commencé à lever les scellés posés par l'AIEA sur les principales installations relatives à l'enrichissement sur le site nucléaire de Natanz (voir le communiqué de l'AIEA et notre dépêche du 11 janvier 2006).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.