L'actualité mondiale Un regard humain

La protection des dénonciateurs d'abus, élément clef dans la lutte contre le « triptyque mensonges, tricheries et vols »

La protection des dénonciateurs d'abus, élément clef dans la lutte contre le « triptyque mensonges, tricheries et vols »

Chris Burnham
Le responsable de la gestion de l'ONU, Chris Burnham, a présenté aujourd'hui ce qu'il estime être une « très bonne » réglementation destinée à protéger les dénonciateurs d'abus au sein des Nations Unies, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2006.

«À partir du moment où le budget global de l'ONU s'élève à quelque 10 milliards de dollars par an, n'importe quel contribuable au monde a le droit d'exiger, des gestionnaires d'une telle somme, le strict respect des normes les plus élevées d'obligation redditionnelle [c'est-à-dire de responsabilité], de transparence et d'éthique », a estimé aujourd'hui le Secrétaire général adjoint à la gestion, Chris Burnham.

Ce dernier présentait à la presse la version finale des dispositions relatives à la protection des témoins et au nouveau Bureau d'éthique qui, signées lundi dernier par le Secrétaire général de l'ONU, entreront en vigueur le 1er janvier 2006 (voir notre dépêche du 20 décembre 2005).

image• Retransmission de la conference de presse[58mins]

Voir la nouvelle réglementation et la page du site de l'ONU consacrée à la réforme des Nations Unies

« La lutte contre le triptyque « mensonges, tricheries et vols » ne peut être efficace que si des mesures ambitieuses sont prises pour protéger ceux qui rapportent les faits », s'est expliqué le Secrétaire général adjoint, en soulignant que c'est la première fois qu'une organisation internationale garantit aussi clairement à son personnel la liberté d'expression.

Chris Burnham s'est d'autant plus félicité de ces dispositions qu'elles auront pour effet secondaire de mettre fin aux « rumeurs assassines et anonymes » colportées dans la Maison par le courrier électronique.

« Fournir des informations intentionnellement fausses constitue un acte de mauvaise conduite qui peut donner lieu à des mesures disciplinaires », dit en effet le document, à la grande satisfaction d'un Secrétaire général adjoint qui, ayant pris ses fonctions le 1er juin dernier, s'est dit surpris par le nombre de rumeurs malintentionnées qui circulent à l'ONU.

Chris Burnham a aussi présenté les nouvelles dispositions relatives à la Déclaration de situation financière qu'aura dorénavant à signer tout membre du personnel recruté à un rang égal ou supérieur à celui de Sous-Secrétaire général.

L'objectif ultime des réformes de la gestion, a précisé le Secrétaire général adjoint est de changer la culture de l'ONU.

Comme autre instrument, il évoqué le programme des départs volontaires à l'intention de «ceux qui ont perdu la passion de réaliser la mission des Nations Unies et ne contribuent plus à la réalisation des buts et principes de l'ONU».

« L'Organisation pourra ainsi les remplacer par des gens qui ont le feu sacré et qui considèrent leur contrat comme un pacte, celui de contribuer à la matérialisation de l'objectif numéro 1 de la Charte des Nations Unies, à savoir 'préserver les générations futures du fléau de la guerre' ».

« Ces gens-là mériteront que l'ONU déploie tous les efforts possibles pour développer leurs compétences », a-t-il dit.

Ce programme de départs volontaires exigeant des moyens financiers, Chris Burnham s'est dit optimiste quant à la faculté des 191 États Membres de parvenir à un accord sur le budget de l'Organisation.

Le Secrétaire général a lancé hier un ferme appel aux Etats Membres à voter d'urgence un budget pour l'année prochaine (voir notre dépêche du 21 décembre 2005).

Chris Burnham a ensuite dévoilé les grandes lignes de la stratégie de réforme d'ici au mois de juin 2006, en indiquant, entre autres, qu'en janvier prochain, le Secrétaire général devrait soumettre à l'Assemblée générale les dispositions relatives au système d'information comptable, au règlement financier et aux règles de gestion financière, ainsi qu'à la révision des mandats confiés par l'Assemblée générale au Secrétariat.

En février, devraient suivre notamment les dispositions relatives à la création du panel de haut niveau sur l'administration de la justice lequel, composé entre autres, de cinq experts extérieurs à l'ONU, aura pour tâche d'assurer au personnel une justice « juste, ouverte et transparente ».

Au mois de juin, le Secrétaire général devrait défendre devant l'Assemblée générale l'option IV du Plan de rénovation du Siège de l'ONU.

Cette option prévoit la construction d'un espace temporaire avec une remise à neuf graduelle du Secrétariat dont le coût est estimé à 1,58 milliard de dollars.

L'Assemblée devrait se prononcer sur l'ouverture, en 2006, d'un crédit nécessaire au financement des activités prévues par cette stratégie, soit 108 698 000 dollars et sur la création d'une réserve opérationnelle de 45 millions de dollars visant à assurer la continuité de l'exécution du projet, a conclu Chris Burnham.

Sur les principaux points de la réforme des Nations Unies adoptés lors du sommet mondial, voir notre dépêche du 17 septembre 2005 et notre dépêche du 14 septembre 2005.