ONUDC : la Convention des Nations Unies contre la corruption entre en vigueur aujourd'hui

14 décembre 2005

Adoptée il y a deux ans et ratifiée par 38 des 140 Etats signataires, la Convention des Nations unies contre la corruption, qui permettra d'aider les pays membres à combattre un fléau « vieux comme le monde », dans le secteur public comme dans le privé, est entrée en vigueur aujourd'hui, a annoncé le Bureau des Nations Unies contre la drogue et le crime.

« Cette Convention montre que les gouvernements sont décidés à ne plus tolérer une pratique destructive, universelle et vieille comme le monde. Elle donne aux pays l'instrument légal dont ils avaient besoin pour la combattre », a déclaré Antonio Costa, directeur de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), dans un communiqué publié aujourd'hui à Vienne.

Cette Convention, explique le communiqué, repose sur quatre piliers : prévention et criminalisation de la corruption, coopération internationale et recouvrement des actifs.

« Les nouvelles dispositions concernant le recouvrement des actifs constituent une véritable avancée », a estimé le directeur de l'ONUDC. Pour la première fois dans l'histoire et partout dans le monde, « il n'y aura plus d'exemption à l'obligation de rendre des actifs pillés » et « les vieilles excuses telles que le secret bancaire ne seront plus un obstacle à la lutte conte la corruption ».

« Il est désormais demandé aux Etats de rendre l'argent et autres actifs, obtenus grâce à la corruption, au pays qui a été volé. Cette mesure envoie un message clair aux fonctionnaires corrompus du monde entier : ils ne pourront plus bénéficier des fruits de leurs crimes en envoyant des actifs volés à l'étranger. C'est aussi un message d'espoir pour des millions de personnes en colère à l'idée que les biens de leurs pays étaient pillés par des criminels », a ajouté Antonio Costa.

Le directeur de l'ONUDC a par ailleurs appelé tous les Etats membres à ratifier cette Convention et rappelle que sa mise en œuvre reste entre les mains des gouvernements.

Pour marquer l'entrée en vigueur de cette Convention, un débat sur la lutte contre la corruption aura lieu demain jeudi, de 11 heures à 13 heures, au siège de l'ONU à New York, auquel participeront notamment Ibrahim Gambari, Secrétaire général adjoint aux affaires politiques et John Bolton, ambassadeur des Etats-Unis aux Nations Unies.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.