Pakistan : l'ONU évalue les besoins avant le lancement demain d'un appel humanitaire

Pakistan : l'ONU évalue les besoins avant le lancement demain d'un appel humanitaire

media:entermedia_image:a8aa8ce5-a472-4b25-9d9e-449e34aa43ab
Le directeur de la Coordination humanitaire des Nations Unies à New York a présenté aujourd'hui un bilan des efforts d'assistance aux victimes du tremblement de terre qui a frappé le Pakistan et le nord de l'Inde, avant le lancement demain à New York et à Genève d'un appel humanitaire d'urgence.

« Le gouvernement pakistanais a demandé l'assistance de la communauté internationale pour venir en aide aux victimes du tremblement de terre », a déclaré aujourd'hui Ed Tsui, directeur du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) de New York, lors d'une conférence de presse au siège de l'ONU (voir notre première dépêche d'aujourd'hui sur le tremblement de terre).

image• Retransmission de la conférence de presse[32mins]

Ed Tsui a précisé que le Pakistan avait fait savoir que ses besoins couvraient la nourriture, les médicaments, les tentes, et en particulier des hôpitaux de campagne et des hélicoptères, le tremblement de terre ayant détruit l'infrastructure dans les régions touchées.

« Le problème de l'accès aux populations est le plus grave », a précisé le responsable de la coordination humanitaire.

Le directeur d'OCHA a indiqué que les Etats-Unis avaient promis de fournir 8 hélicoptères et ajouté que l'ONU avait appelé la communauté internationale à en fournir d'autres.

De nombreux pays ont déjà fourni une contribution financière, a-t-il précisé, tandis que le Japon, le Royaume-Uni, la France, la Turquie, la Chine, la Russie, les Pays-Bas, Singapour, la Corée du Sud, la Grèce et la Pologne ont envoyé des équipes de recherche et d'assistance qui devraient être pour l'instant suffisantes.

Il a par ailleurs rappelé que le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) doit lancer demain un appel à contribution d'urgence, pour couvrir les secours pendant une durée initiale de six mois.

« Trois équipes de l'ONU sont en ce moment sur le terrain pour procéder à une évaluation des besoins », a-t-il précisé.

Ed Tsui a précisé que Jan Egeland, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence de l'ONU, actuellement en voyage dans les pays affectés par le Tsunami, se rendrait prochainement au Pakistan.

Interrogé sur la capacité des Nations Unies à apporter une assistance dans une nouvelle crise, il a précisé que les moyens étaient extrêmement limités. « Jan Egeland, a-t-il précisé, devra par exemple écourter son voyage dans les pays affectés par le Tsunami afin de se rendre à Islamabad. Margareta Wahlstrom est tout juste de retour d'un voyage dans les pays d'Afrique de l'Ouest et en République démocratique du Congo et doit se rendre maintenant au Guatemala » (voir, sur le Guatemala, notre dépêche d'aujourd'hui).

S'agissant par ailleurs du nombre de victimes, le directeur d'OCHA a indiqué qu'il ne cessait de croître, citant des estimations allant de 30.000 à 40.000 morts. Quant au nombre de blessés, il s'élèverait pour l'instant à 40.000 personnes, a-t-il précisé.

Interrogé sur les contributions des pays arabes et musulmans, il a indiqué que la Coordination humanitaire de l'ONU était très intéressée à l'idée de faire participer sur le terrain les équipes de secours de pays du Moyen-Orient, par exemple celles de l'Iran qui est un pays qui doit faire souvent face à des catastrophes naturelles.

Ed Tsui a par ailleurs mentionné les moyens déployés par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Programme alimentaire mondial (PAM), qui a lancé déjà une opération d'un demi-million de dollars afin d'apporter une aide alimentaire sous la forme de biscuits à fort apport énergétique.

- Ecouter, sur la radio de l’ONU, un extrait sonore de Elisabeth Byrs, porte-parole à Genève de la Coordination des affaires humanitaires des Nations Unies.