AIEA : nouveau bilan des victimes de Tchernobyl

6 septembre 2005

Selon un nouveau bilan des victimes de l'accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl, donné hier par l'agence des Nations Unies pour l'énergie atomique, 4 000 personnes pourraient décéder après avoir été exposées à la radioactivité, consécutive à l'accident survenu il y a 20 ans en Union soviétique.

« Jusqu'à 4 000 personnes au total pourraient à terme décéder des suites d'une radio exposition consécutive à l'accident survenu il y a une vingtaine d'années dans la centrale nucléaire de Tchernobyl », annonce un communiqué de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) publié hier à Vienne.

« A la fin du premier semestre de 2005, près d'une cinquantaine de décès avait été attribuée directement à cette catastrophe. Pratiquement tous étaient des membres des équipes de sauvetage qui avaient été exposés à des doses très élevées. Un grand nombre d'entre eux sont morts dans les mois qui ont suivi l'accident, mais d'autres ont survécu jusqu'en 2004 », indique le communiqué.

Ces nouveaux chiffres ont été établis par une équipe internationale d'une centaine de scientifiques dans un rapport de 600 pages, intitulé « L'héritage de Tchernobyl : impacts sanitaires, environnementaux et socio économiques » et publié par le « Forum Tchernobyl », qui évalue les conséquences sur 20 ans du plus grave accident nucléaire de l'histoire (1ère partie du rapport, 2ème partie).

« Il s'agit d'un accident très grave ayant des répercussions sanitaires majeures, notamment pour les milliers de travailleurs exposés durant les premiers jours qui ont reçu des doses de rayonnements très élevées et pour les milliers d'autres atteints d'un cancer de la thyroïde », a déclaré le président du Forum Tchernobyl, Burton Bennett.

« Toutefois, d'une manière générale, nous n'avons constaté aucune incidence négative grave sur la santé du reste de la population des zones avoisinantes, ni de contamination de grande ampleur qui constituerait toujours une menace sérieuse pour la santé humaine, à l'exception de quelques rares zones d'accès restreint », a-t-il ajouté.

Le rapport du Forum est destiné à aider les pays touchés à comprendre l'ampleur véritable des conséquences de l'accident et à suggérer aux gouvernements du Belarus, de la Russie et de l'Ukraine des moyens de résoudre les grands problèmes socio-économiques qui en découlent.

Les membres du Forum, parmi lesquels figurent des représentants des trois gouvernements en question, se réuniront les 6 et 7 septembre, à Vienne, à l'occasion d'un rassemblement sans précédent de spécialistes mondiaux de Tchernobyl, des effets radiologiques et de la radioprotection qui viendront examiner ces conclusions et recommandations.

Selon les informations parues dans la presse, des organisations non gouvernementales (ONG) ont remis en cause les chiffres publiés par ce nouveau rapport. Selon certaines ONG, 600 000 personnes ont été exposées à la radioactivité et des dizaines de milliers de personnes en sont mortes.

Officiellement, Tchernobyl a causé la mort de 56 morts - 47 secouristes et 9 enfants victimes d'un cancer de la thyroïde.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.