Les touristes ne se laissent pas décourager par les menaces terroristes, indique l'OMT

11 août 2005

Le marché du tourisme est devenu plus résistant aux menaces terroristes au cours des dernières années, selon l'Organisation mondiale du tourisme.

Les récents attentats survenus à Charm El–Cheikh en Egypte ne devraient avoir qu'une incidence limitée et de courte durée sur les flux touristiques vers cette destination, affirme un rapport de la section Etudes de marché de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) (lire le communiqué).

Les touristes ont modifié leurs critères de sécurité tant pour leur existence quotidienne que pour leurs voyages et ils sont davantage prêts que par le passé à vivre dans l'incertitude, indique le rapport. Les événements du 11 septembre 2001 avaient engendré un mouvement de peur et à la suite des derniers attentats, un sentiment de répulsion s'est ajouté à cette peur. En réponse aux attaques, la société refuse d'abandonner ses façons de vivre habituelles sous la pression d'actions violentes, estime le Secrétaire général de l'OMT, Francesco Frangialli.

« Comme nous l'avons vu dernièrement, les attentats peuvent se produire n'importe où et ne touchent pas uniquement les gens en voyage à l'étranger. Le public ne doit pas renoncer à voyager », précise-t-il.

« L'Egypte, comme la majorité des destinations émergentes de la Méditerranée et du Moyen-Orient, a connu les années passées une très forte croissance. Divers événements survenus depuis lors dans le but de ralentir le développement du tourisme n'ont atteint leur but que d'une manière temporaire et le secteur s'est rétabli en un laps de temps relativement court ».

« Les quatre premiers mois de 2005 font apparaître une croissance du tourisme en Egypte supérieure à celle des années précédentes, de 15,6 % plus élevée qu'au cours des quatre premiers mois de 2004. Entre 1995 et 2004, les recettes du tourisme international sont passées de 2,7 à 6,1 milliards de dollars ».

A la suite des attentats survenus à Charm El–Cheikh le 23 juillet 2005, une partie des touristes ont eu pour première réaction de rentrer chez eu mais comme à l'occasion d'événements précédents, d'autres touristes, nombreux, ont préféré ne pas quitter la destination. De nouvelles arrivées et réservations continuent à être enregistrées.

« Depuis quelques années, la société civile est consciente du caractère planétaire de ces menaces et a tendance à ne pas céder devant elles, s'efforçant de changer le moins possible ses habitudes et comportements. C'est ce que l'on observé après les attentats perpétrés récemment dans différentes parties du monde », explique le Secrétaire général de l'OMT.

Alors que les attentats survenus en novembre 1997 à Louxor n'avaient qu'une portée nationale, ceux de Charm El–Cheikh s'inscrivent dans une mouvance mondiale qui a déjà frappé toute sorte de destinations. C'est une situation qui, à un moment donné, peut modifier temporairement les habitudes touristiques et que peut connaître n'importe quelle destination. De plus, la demande semble plus préparée à ces attaques, ce qui contribue à raccourcir les délais de reprise du tourisme, sans atténuer la répulsion suscitée par ces actes, ni les mesures qui doivent être prises en réaction.

Au niveau mondial, on ne prévoit pas de changement notable du tourisme international. Le Secrétariat de l'OMT maintient ses prévisions du début de l'année et table sur une progression de l'ordre de 5 à 8 % par rapport aux chiffres de 2004, sous réserve qu'il ne se produise pas de nouveaux actes susceptibles de freiner le développement normal du tourisme international.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.