Le Conseil de sécurité appelle l'Ethiopie et l'Erythrée à respecter le tracé de la frontière

11 juillet 2005

Le Conseil de sécurité a exprimé aujourd'hui sa préoccupation à l'égard de la situation entre l'Ethiopie et l'Erythrée, deux pays en proie à l'insécurité alimentaire, et engagé les parties à conduire un dialogue direct, à respecter le tracé de la frontière ainsi que la liberté de circulation de la Mission de l'ONU.

« Le Conseil a noté avec vive préoccupation l'absence de progrès dans la mise en oeuvre de la décision finale et définitive de la Commission sur le tracé de la frontière entre l'Ethiopie et l'Erythrée et exhorte l'Ethiopie à accepter pleinement cette décision et les deux parties à la mettre en oeuvre dans sa totalité », a déclaré aujourd'hui le Président du Conseil de sécurité pour le mois de juillet, l'ambassadeur de la Grèce, Adamantios Vassilakis.

Le président du Conseil prenait la parole devant la presse, à l'issue de consultations informelles au cours desquelles les membres du Conseil ont entendu un exposé du Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Jean-Marie Guéhenno, sur la situation entre l'Ethiopie et l'Erythrée.

« Les membres du Conseil encouragent les deux parties à travailler en faveur de la pleine normalisation de leurs relations, y compris par un dialogue direct, ainsi que le stipule la résolution 1586 (2005) ».

Adamantios Vassilakis a exprimé « le souci du Conseil quant aux tirs intervenus dans la zone de sécurité, et appelé les deux parties à s'abstenir de toute action risquant de conduire à une escalade de la situation », notamment la forte concentration de troupes dans la zone adjacente à la zone de sécurité.

Le Conseil a par ailleurs noté la réduction des restrictions imposées à la liberté de circulation de la Mission des Nations Unies en Éthiopie et en Érythrée (MINUEE). Toutefois, d'autres questions, tels que les vols directs d'Addis-Abeba à Asmara restent sans solution, a-t-il indiqué.

Le Conseil a enfin réitéré son appel à accorder à la MINUEE l'immunité nécessaire et à ne pas restreindre ses déplacements.

Par ailleurs, le Président du Conseil de sécurité a souligné le caractère préoccupant de l'insécurité alimentaire dans les deux pays.

image• Retransmission de la déclaration à la presse [3mins]

Interrogé samedi 9 juillet à Khartoum, sur la question séparée de la situation entre l'Erythrée et le Soudan, le Secrétaire général a indiqué que le Conseil de sécurité étudierait bientôt la question lors d'une prochaine séance sur le Soudan.

Selon les informations parues dans la presse, des affrontements ont éclaté, le 19 juin dernier, entre les rebelles de l'Alliance nationale démocratique (AND) et des forces gouvernementales au sud de Port-Soudan.

L'Erythrée serait également en train de masser des troupes, sur la mer Rouge, à 200 kilomètres au sud de Port-Soudan - terminal stratégique de l'Oléoduc en provenance du centre et du sud du Soudan.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.