L'ONU doit évoluer avec son temps, déclare Louise Arbour

21 juin 2005

La Haute Commissaire aux droits de l'homme a plaidé hier pour une réforme de l'ONU, indiquant qu'elle présenterait en 2006 ses recommandations sur les organes de défense des droits de l'homme créés en vertu de traités internationaux. A Genève comme à New York, l'ONU est entrée dans une série de consultations avec la société civile et les organisations non gouvernementales sur les réformes des Nations Unies proposées par le Secrétaire général.

«Le monde évolue rapidement et nous devons changer avec lui si nous voulons réussir à nous acquitter avec succès de notre mission de promotion et de protection de tous les droits de l'homme pour tous », a déclaré hier Louise Arbour, Haute Commissaire aux droits de l'homme, lors d'une réunion informelle rassemblant à Genève plus d'une cinquantaine de délégations.

Ces dernières se penchaient sur les recommandations concernant les droits de l'homme contenues dans le rapport du Secrétaire général intitulé « Dans une liberté plus grande: vers le développement, la sécurité et les droits de l'homme pour tous ».

L'éventuelle transformation de la Commission en un Conseil des droits de l'homme permanent et le Plan d'action élaboré par le Haut Commissariat aux droits de l'homme étaient au centre des discussions.

L'attention s'est tout particulièrement portée sur la place du nouvel organe des droits de l'homme dans la hiérarchie structurelle de l'ONU ainsi que sur sa composition et les critères à adopter à cet égard. Pour ce qui est du Plan d'action du Haut Commissariat, l'attention s'est cristallisée autour des questions budgétaires, indique le communiqué du HCDH.

Louise Arbour, a notamment indiqué qu'elle avait l'intention de soumettre pour examen ses options en vue d'une réforme du système des organes de traités, c'est-à-dire les organes de défense des droits de l'homme créés en vertu de traités internationaux et qui reçoivent l'assistance du HCDH, lors d'une réunion intergouvernementale en 2006 (voir la page consacrée à ces organes sur le site du HCDH.

Le Président de la Commission, l'Indonésien Makarim Wibisono, a indiqué que le résumé de ces consultations officieuses serait transmis aujourd'hui au Président de l'Assemblée générale par l'intermédiaire du Président du Conseil économique et social, en vue d'apporter une contribution utile aux consultations intergouvernementales qui doivent se tenir du 21 au 23 juin prochain, c'est-à-dire ces trois prochains jours, sur le projet de document final de la soixantième session de l'Assemblée générale.

Lors de son point quotidien avec la presse, au Siège de l'ONU à New York, la nouvelle porte-parole adjointe du Secrétaire général, Marie Okabe, a informé que le Président de l'Assemblée générale, Jean Ping, présenterait demain à New York une conférence de presse aux côtés d'un représentant de la société civile, afin de donner un aperçu des consultations menées par l'Assemblée générale avec près de 200 représentants d'organisations non gouvernementales (ONG) sur les propositions contenues dans le rapport du Secrétaire général.

Le 3 juin dernier, Jean Ping avait présenté le premier projet de déclaration du sommet de septembre, dans lequel les Etats Membres invitaient les pays développés à augmenter l'aide au développement, acceptaient de prendre en considération le concept de la responsabilité de protéger les populations.

Les Etats Membres étaient également tombés d'accord pour décider de la création d'un Conseil des droits de l'homme et d'une Commission de consolidation de la paix et s'étaient engagés à élaborer une Convention sur le terrorisme (voir notre dépêche du 3 juin 2005).

Le 27 mai dernier, Louise Arbour avait présenté au Secrétaire général son propre plan de réforme du Haut Commissariat aux droits de l'homme (HCDH) (voir notre dépêche du 27 mai 2005).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.