Côte d'Ivoire : l'ONUCI demande l'ouverture d'une enquête sur la mort de 13 détenus

16 mars 2005

L'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire demande l'ouverture d'une enquête sur des informations faisant état de la mort de 13 détenus qui auraient succombé, au mois de février dernier, aux actes de torture et aux traitements inhumains infligés par les gardes de la prison de Bouaflé.

L'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) demande l'ouverture d'une enquête sur des informations faisant état de la mort de 13 détenus qui auraient succombé aux actes de torture et aux traitements inhumains infligés par les gardes dans la prison de Bouaflé, indique un communiqué de l'ONUCI publié hier à Abidjan.

Le communiqué rappelle que dans le cadre de l'application de la décision du Gouvernement ivoirien de procéder à l'évacuation des populations installées illégalement dans le parc national de Marahoué, les gardes des eaux et forêts avaient, entre les 11 et 22 février dernier, arrêté des villageois.

Certaines des personnes arrêtées auraient subi des tortures et des mauvais traitements.

Suite à ces informations très alarmantes, l'ONUCI qui a dépêché, les 25 et 26 février, une mission d'évaluation de la situation sur les lieux a noté que les mauvais traitements et les tortures avaient entraîné la mort de 12 personnes à la prison le 22 février et le décès d'une autre à l'hôpital le 27 février.

Tout en notant les efforts du Gouvernement de réconciliation nationale en vue de mettre fin à l'impunité, l'ONUCI déplore les événements de la prison de Bouaflé et estime une enquête nécessaire pour déterminer les circonstances de la mort de ces personnes en vue d'établir les responsabilités des auteurs de ces actes graves.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.