Conférence de soutien à l'Autorité palestinienne : des jours meilleurs sont à venir, espère Kofi Annan

1 mars 2005

Bonne gouvernance, sécurité et développement économique sont les trois piliers du renforcement des institutions palestiniennes identifiés aujourd'hui par le Secrétaire général à la Conférence internationale de soutien à l'Autorité palestinienne qui s'est tenue à Londres, à l'initiative de Tony Blair.

« Ce qui rend cette réunion si encourageante, c'est que les parties ont proclamé, à la face du monde comme l'un à l'autre, et dans un langage clair et persuasif à leurs propres concitoyens, leur détermination à travailler ensemble. Ils recommencent à faire preuve de la bonne volonté qui nous a permis jadis de frôler une solution d'ensemble », a déclaré aujourd'hui Kofi Annan à la conférence internationale de soutien à l'Autorité palestinienne qui s'est tenue à Londres à l'initiative du Premier Ministre britannique, Tony Blair.

Cette conférence s'est ouverte avant une réunion au plus haut niveau du Quatuor pour le Moyen-Orient, qui s'est tenue également à Londres aujourd'hui (voir notre dépêche d'aujourd'hui.

Saluant le courage de Mahmoud Abbas pour maîtriser la violence, Kofi Annan a estimé « qu'il avait articulé avec une grande clarté, une vision pour l'avenir de son peuple basée sur la dignité et la justice ».

Lors d'un point avec la presse, le Secrétaire général a souligné que « les Palestiniens avaient extrêmement bien géré la transition » non seulement avec les élections mais aussi la mise en place d'un « gouvernement qui va faire avancer le processus ».

C'est pourquoi cette réunion est l'occasion de « consolider le soutien international à un Etat palestinien indépendant, démocratique, viable, et contigu », a déclaré Kofi Annan lors de la conférence, soulignant que « les efforts de l'Autorité palestinienne pour réformer leurs institutions méritaient et nécessitaient un soutien tant financier que technique ».

« La bonne gouvernance est essentielle, si l'on veut que l'opinion publique palestinienne puisse avoir confiance dans ses leaders et dans son administration, et pour que la communauté internationale poursuive son assistance ».

« A son crédit », a souligné le Secrétaire général, « l'Autorité palestinienne a reconnu la nécessité de réformes de ses institutions et structures de gouvernement. Les Palestiniens ont adopté leur propre plan de réformes et pris un certain nombre d'engagements dans le cadre du Groupe de travail pour la réforme palestinienne », rappelant que l'ONU continuait de l'aider à renforcer ses capacités.

Réitérant sa condamnation de l'attaque suicide commise à Tel-Aviv par un kamikaze palestinien, « que nous devons tous condamner », le Secrétaire général a insisté par ailleurs sur la sécurité, « facteur fondamental de l'amélioration des perspectives de paix ». « Tout simplement, le manque de sécurité sape non seulement la vie « au jour le jour des Palestiniens et des Israéliens », mais aussi les « aspirations nationales à long terme » du peuple palestinien et le règlement même du conflit, a déclaré Kofi Annan, qui a salué les engagements pris au sommet de Charm el-cheikh (voir notre dépêche du 17 février 2005).

Kofi Annan a enfin souligné l'importance du développement économique palestinien, qui pourrait apporter une contribution vitale à la gouvernance et à la sécurité.

Lors de son dernier exposé au Conseil de sécurité, le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, Kieran Prendergast, avait estimé que le manque d'amélioration dans la vie quotidienne des Palestiniens constituait une menace grave à la viabilité du processus de paix qui a été relancé (voir notre dépêche du 22 février 2005).

- Dossier Moyen-Orient du site de l'ONU

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.