Darfour : l'UNICEF attire l'attention sur les enfants nés de mères victimes de viols

15 février 2005

L'agence de l'ONU pour l'enfance a attiré l'attention sur la situation de dizaines d'enfants nés de mères soudanaises victimes de viols perpétrés par les milices janjaouites qui utilisent la violence sexuelle comme arme de guerre pour humilier et affaiblir les communautés de la région du Darfour, dans l'Ouest du Soudan.

Faisant suite à la publication lundi 31 janvier du rapport de la Commission d'enquête indépendante sur les crimes commis au Soudan, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a attiré l'attention sur la situation de dizaines d'enfants nés de mères soudanaises victimes de viols dans la région du Darfour, dans un communiqué publié vendredi 11 février à New York.

Le rapport de la Commission d'enquête avait souligné l'augmentation du nombre des agressions perpétrées contre les femmes et les jeunes filles et décrit notamment comment, au mois de mars 2004, 150 membres des milices janjaouites avaient enlevé et violé 16 filles au Darfour.

De manière plus générale, ce rapport confirmait que le Gouvernement soudanais et les milices janjaouites ont commis des crimes contre l'humanité (voir notre dépêche du 1er février 2005).

« La violence sexuelle est utilisée comme arme de guerre pour humilier et affaiblir les communautés », s'est insurgé l'UNICEF dans son communiqué.

L'agence de l'ONU qui craint maintenant que « les femmes et leurs enfants soient ostracisés » a rappelé que « la naissance de ces bébés perpétuait la mémoire des atrocités ».

« Au Darfour, comme partout dans le monde, les femmes et les filles qui ont été violées se sentent honteuses », a déclaré Pamela Shifman, Conseillère sur les violences sexuelles à l'UNICEF.

L'agence veille aujourd'hui à ce que les victimes et leurs enfants ne soient pas stigmatisés dans leur communauté et bénéficient d'un accès équitable à l'éducation et aux soins de santé.

Elle s'efforce aussi de construire des fourneaux économes en combustible pour éviter aux femmes, autant que possible, de sortir des camps de réfugiés, relativement sûrs, pour ramasser du bois de chauffe. En effet, dès qu'elles quittent les camps pour collecter du bois, les femmes et les filles sont menacées. Au Darfour, une province désertique, elles doivent marcher des kilomètres pour pouvoir ramasser suffisamment de bois de chauffe pour nourrir leurs familles.

Dans son communiqué, l'UNICEF a rappelé que 2,5 millions de personnes étaient affectés par ce conflit qui dure depuis deux ans maintenant et au cours duquel les milices janjaouites ont forcé des communautés entières du Darfour à fuir leurs villages pour se réfugier au Tchad.

Les combats opposent deux principaux mouvements rebelles – le Mouvement de libération du Soudan (MLS) et le Mouvement pour la Justice et l'Egalité (JEM) - aux troupes gouvernementales appuyées par les milices janjaouites. La guerre civile a fait près de 70 000 morts.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.