Le Conseil de sécurité espère la reprise du dialogue entre le Gouvernement de Georgie et les autorités abkhazes

25 janvier 2005

Quelques jours après que le Secrétaire général a demandé la prorogation pour six mois du mandat de la Mission des Nations Unies en Georgie, le Conseil de sécurité appelle le Gouvernement de Georgie et les autorités abkhazes à redoubler d'efforts pour trouver une solution politique durable au conflit et exprime son espoir de voir une reprise du dialogue entre les deux parties.

Après avoir entendu la Représentante spéciale du Secrétaire général pour la Georgie, Heidi Tagliavini, et à l'issue de consultations sur la Mission d'observation des Nations Unies en Georgie (MONUG), les membres du Conseil se sécurité ont souligné aujourd'hui, dans une Déclaration à la presse, « la nécessité de renouveler les efforts pour trouver une solution politique durable » au conflit entre le Gouvernement de Georgie et les autorités abkhazes de Georgie, sur la base des résolutions adoptées par le Conseil de sécurité (voir la résolution 1554 et la résolution 1524).

Ils ont aussi exprimé « leur espoir de voir une reprise du dialogue entre les deux parties afin de prévenir l'instabilité » dans la région et fait savoir qu'ils avaient discuté des « prochaines étapes » dans le soutien au processus de paix abkhazo-géorgien.

Le Conseil de sécurité, par la voix de son Président pour le mois de janvier, César Mayoral, de l'Argentine, a par ailleurs réaffirmé « son engagement à préserver la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriale de la Georgie à l'intérieur de ses frontières reconnues internationalement ».

Il a également réitéré son soutien à l'ONU dans ses efforts pour résoudre le conflit et faciliter le processus de paix, avec l'assistance de la Fédération de Russie et l'aide du Groupe des amis du Secrétaire général pour la Georgie - Allemagne, États-Unis, Fédération de Russie, France, Royaume-Uni.

Ce groupe s'était réuni les 13 et 14 décembre dernier à Genève, en prévision d'une réunion qui devrait se tenir prochainement entre les parties géorgienne et abkhaze, pour aborder le processus de paix et les questions politiques ainsi que les problèmes de sécurité, le retour des réfugiés et des personnes déplacées. (voir notre dépêche du 15 décembre).

Dans son dernier rapport, sur la situation en Abkhazie (daté du 17 janvier 2005), le Secrétaire général soulignait « l'incertitude politique » qui continuait de régner dans cette région de la Géorgie et exprimait « son espoir de voir la situation se stabiliser afin de permettre une reprise des pourparlers entre les parties ».

Il recommandait la prorogation de six mois du mandat de la MONUG, la Mission d'observation des Nations Unies en Géorgie - soit jusqu'au 31 juillet 2005. La MONUG a été établie en 1993 pour vérifier le respect de l'Accord de cessez-le-feu conclu entre les Gouvernement de la Georgie et les autorités abkhazes de Georgie, maintenir la stabilité dans la zone de conflit et promouvoir la reprise du dialogue entre les parties géorgienne et abkhaze.

image• Retransmission de la déclaration du Président du Conseil de sécurité[3 mins]

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.