R. D. du Congo : une zone tampon établie par la MONUC autour de Kanyabayonga

21 décembre 2004

Alors qu'elle alerte depuis le 13 décembre sur les combats entre factions congolaises des Forces armées de la RDC, la Mission de l'ONU a décidé de mettre en place une zone tampon pour séparer les belligérants autour de la ville de Kanyabayonga, près de la frontière avec l'Ouganda, où la coordination humanitaire de l'ONU estime que la population déplacée s'élève déjà à 100 000 personnes.

La Mission d'observation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) va établir une zone tampon temporaire dans la région de Kanyabayonga, dans la province du Nord Kivu (carte), dans l'Est de la RDC, a déclaré aujourd'hui le porte-parole du Secrétaire général, Fred Eckhard, lors de son point quotidien avec la presse, au Siège de l'ONU à New York.

« Cette décision fait suite aux récents affrontements entre factions de l'armée nationale de la RDC, et la décision a été prise après consultations avec des officiers de l'armée nationale, les FARDC », a-t-il ajouté.

La zone tampon de 10 kilomètres près de Kanyabayonga (carte des villages de la RDC) vise à séparer les soldats des FARDC des troupes mutines issues de la rébellion pro-rwandaise qui se trouvent dans la zone.

La MONUC espère que cette zone permettra de mettre fin aux combats et d'ouvrir la voie à l'aide humanitaire, empêchée de parvenir à la population civile déplacée. La Coordination humanitaire estime que près de 100 000 personnes ont été déplacées du fait de ces affrontements (voir notre dépêche du 20 décembre 2004).

« La Mission indique que toute tentative de pénétrer ce cordon sera immédiatement repoussée », a déclaré Fred Eckhard.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.