R. D. du Congo : la MONUC repousse une tentative d'incursion à la frontière du Rwanda

R. D. du Congo : la MONUC repousse une tentative d'incursion à la frontière du Rwanda

media:entermedia_image:414a6d8b-f5fa-47f3-b7ff-83a3c3b1ff13
Alors que des casques bleus de la MONUC ripostaient dans la nuit de mercredi à des tirs au poste frontière de « Ruzizi 1 » dans la région de Bukavu, à l'Est de la République démocratique du Congo (RDC) et à la frontière du Rwanda, les combats ont repris mercredi matin entre l'armée régulière congolaise et des soldats mutins dans la ville désertée de Kanyabayonga, dans la province du Nord Kivu.

Des casques bleus pakistanais de la Mission d'observation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) positionnés non loin du poste frontière de « Ruzizi 1 » qui relie les rives rwandaise et congolaise, dans la région de Bukavu (carte) ont repoussé une incursion de personnes armées, dans la nuit de mercredi, à bord de « trois pirogues qui traversaient la rivière Ruzizi en direction du Congo », indique un communiqué de Radio Okapi, la radio de la Mission, diffusé aujourd'hui.

« Selon des sources militaires de la MONUC, les personnes – une douzaine - qui se trouvaient à bord de ces pirogues ont ouvert le feu » et « les casques bleus pakistanais ont riposté », ajoute le communiqué.

« Les trois embarcations ont rebroussé chemin. Les échanges de tirs ont duré une dizaine de minutes. Le calme est aussitôt revenu. Les personnes qui se trouvaient à bord des pirogues n'ont pas pu être identifiées », précise Radio Okapi qui annonce qu'une patrouille d'observateurs militaires a été envoyée mercredi pour « de plus amples investigations auprès des autorités rwandaises ».

Le 8 décembre dernier, la MONUC indiquait qu'elle n'avait toujours pas de preuves concrètes de la présence rwandaise en RDC mais qu'elle disposait de faisceaux d'indices nombreux et convergents, faisant état d'une présence militaire « armée, organisée, mais non connue » (voir notre dépêche du 8 décembre).

Par ailleurs, les combats ont repris mercredi matin, après 24 heures d'accalmie, à Kanyabayonga, dans la province du Nord Kivu, entre l'armée régulière congolaise et des soldats issus de la rébellion pro-rwandaise, indique un autre communiqué de Radio Okapi.

« Des tirs nourris d'armes légères et lourdes ont été entendus à partir de 5 h du matin environ, depuis le centre de la ville, en provenance du nord de l'agglomération », précise le communiqué.

Les derniers affrontements avaient eu lieu dimanche et lundi, rappelle le communiqué qui précise que « jusqu'à lundi dernier, certains habitants de la ville de Rwindi, à 25 km au sud de Kanyabayonga, parlaient de tirs sporadiques qui semblaient se localiser à l'extrémité nord de la ville, entre Kanyabayonga et Kayina ».

Selon les informations de la MONUC, « les soldats des FARDC - Forces Armées de la RDC - basés à Beni auraient même fait quatre prisonniers parmi lesquels deux Rwandais qui devraient être montrés à la presse ultérieurement ». « De leur côté, les mutins ont annoncé avoir tué au moins 12 militaires gouvernementaux », ajoute la MONUC.

Une mission de la MONUC, comprenant des militaires et des responsables humanitaires, est arrivée mercredi à Kanyabayonga pour enquêter et faire le point sur la situation sécuritaire et humanitaire. Selon des informations parues dans la presse, cette délégation est la première à se rendre sur place depuis le début des combats dans le Nord Kivu.

Lundi dernier, la MONUC avait lancé un appel au calme et à la cessation immédiate des hostilités dans la localité de Kanyabayonga, suite à des rapports « très inquiétants » qui faisaient état de combats entre différentes ex-composantes militaires des FARDC (voir notre dépêche du 13 décembre).