Nouveau site Internet de l'ONU pour l'alerte rapide humanitaire

15 décembre 2004

Un nouveau site Internet, 'www.HEWSweb.org', qui regroupe les informations provenant de plusieurs agences des Nations Unies et organisations humanitaires permet désormais d'accéder par un seul portail aux données sur l'alerte rapide sur les risques naturels, en attendant son extension aux crises socio-politiques.

« Les agences humanitaires des Nations Unies et leurs partenaires du Comité permanent interinstitutions (IASC), un organe chargé d'encourager la collaboration entre organismes sur les politiques et les opérations humanitaires, ont lancé aujourd'hui un nouveau site Internet sur l'alerte rapide dans le domaine humanitaire: HEWSweb (www.HEWSweb.org), indique aujourd'hui un communiqué de l'agence de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture.

« Ce site présente les dernières prévisions, rapports et alertes sur les risques naturels tels que sécheresses, inondations, tempêtes tropicales, infestations acridiennes, El Niño, séismes et activités volcaniques, auxquels il consacre plusieurs pages, en ajoutant des références additionnelles » indique la FAO, qui précise que prochainement, « HEWSweb offrira également la possibilité de visualiser et de partager des informations sur les crises socio-politiques ».

HEWSweb est le fruit d'un projet de partenariat conçu par l'IASC pour renforcer la planification des crises et l'alerte rapide, en offrant un « premier guichet unique » d'information sur l'alerte rapide à l'échelle mondiale. Il facilite l'accès aux dernières alertes en rassemblant sous une seule plateforme l'immense quantité d'informations désormais disponibles sur l'Internet et fournies par de multiples sources spécialisées.

Hier, lors d'une séance du Conseil de sécurité consacrée à la protection des civils dans les conflits armés, Jan Egeland, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence, estimait que le renforcement des capacités humanitaires, essentielles à cette protection, passait notamment par une amélioration du système d'alerte (voir notre dépêche du 14 décembre 2004).

Selon le communiqué, le projet bénéficie de l'appui de divers organismes, dont l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Programme alimentaire mondial (PAM), le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), le Haut Commissariat aux réfugiés des Nations Unies (UNHCR) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Il bénéficie également de l'appui du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (BCAH, OCHA selon son acronyme anglais), de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), de la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge (FICR) et du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), ainsi que d'un consortium d'organisations internationales non gouvernementales.

Selon la FAO, le programme permettra d'appuyer les travaux de la Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes qui se tiendra à Kobé (Japon) du 18 au 22 janvier 2005.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.