Les réfugiés ivoiriens hésitants à quitter le Libéria, selon le HCR

Les réfugiés ivoiriens hésitants à quitter le Libéria, selon le HCR

media:entermedia_image:716ce7d4-22d9-44a2-a0b1-297c1a3bd658
L'agence de l'ONU pour les réfugiés a commencé hier un programme de vérification des réfugiés ivoiriens à la frontière nord-ouest du Libéria, où ils sont plus de 10 000 à avoir fui leur pays avant de commencer récemment, mais avec hésitation, à rentrer chez eux.

Le programme de deux jours, qui se poursuit aujourd'hui, est mené dans les douze villages qui ont connu un afflux de réfugiés au cours des trois premières semaines de novembre, indique le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) dans un communiqué paru aujourd'hui.

« A Butuo, où près de 7 000 réfugiés avaient été enregistrés, l'afflux au centre d'inscription a été faible le premier jour de la vérification », a déclaré Jennifer Pagonis, porte-parole du HCR, lors du point avec la presse organisé au Siège de l'ONU de Genève.

Des réfugiés à Butuo et au point de passage de la rivière Cestos ont indiqué que de nombreuses familles faisaient la navette entre Butuo et la Côte d'Ivoire car elles continuent de craindre des affrontements entre le Gouvernement ivoirien et les troupes rebelles, a précisé la porte-parole (voir notre dépêche du 29 novembre 2004).

« Malgré le calme relatif qui a suivi les affrontements de novembre, les réfugiés indiquent que la population en Côte d'Ivoire est toujours hantée par la perspective de la guerre », indique le HCR.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a acheminé une aide alimentaire par avion qui doit être distribuée à partir de Butuo, tandis que les partenaires du HCR réparent les routes qui sont actuellement impraticables pour les camions.