Darfour : assistance de l'ONU aux personnes déplacées de force du camp d'Al Geer

Darfour : assistance de l'ONU aux personnes déplacées de force du camp d'Al Geer

Au lendemain d'un appel de Kofi Annan demandant au Gouvernement soudanais de faire cesser les transferts forcés de personnes déplacées au Darfour, la Coordination humanitaire de l'ONU fait part de ses efforts pour assister celles qui ont quitté de force le camp d'Al Geer et indique que des transferts similaires ont eu lieu à Abou Shouk, au Nord Darfour.

« Le personnel de l'ONU à Nyala, au Sud-Darfour (carte) essaie de localiser et d'assister toutes les personnes déplacées qui ont dû quitter le camp d'Al Geer après sa fermeture brutale hier », a indiqué aujourd'hui le porte-parole du Secrétaire général, Fred Eckhard, lors de son point quotidien avec la presse, au Siège de l'ONU à New York, citant des informations communiquées par le Bureau de la Coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (OCHA).

Dans une déclaration transmise hier, le Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, avait fait part de sa préoccupation au regard de l'opération « menée par le Gouvernement soudanais avant l'aube en vue de transférer de force des personnes déplacées du village d'Al Geer, près de Nyala, dans le Sud-Darfour".

Estimant que cette opération violait non seulement les « principes fondamentaux du droit international humanitaire et des droits de l'homme » mais aussi « les engagements pris par le Gouvernement sur le retour volontaire, y compris le Mémorandum d'accord conclu entre le Gouvernement et l'Organisation internationale pour les migrations (OMI) », le Secrétaire général priait instamment « le Gouvernement de mettre fin immédiatement à ces transferts et de faciliter le retour des personnes concernées depuis les lieux inadaptés où elles ont été transportées » en consultation avec les institutions internationales présentes sur le terrain au Darfour.

Selon OCHA, « les autorités soudanaises ne semblent pour l'instant avoir pris aucune mesure supplémentaire pour re-localiser les personnes déplacées du camp d'Otash ».

En outre, « les agences de l'ONU restent très préoccupées par le grand nombre de personnes déplacées dans le Darfour-Ouest, après le retrait, ces derniers jours, de nombreuses organisations non gouvernementales (ONG) et agences de l'ONU de Zalingei et d'autres zones » en raison de la détérioration sécuritaire sur le terrain, a indiqué le porte-parole (voir notre dépêche du 2 novembre).

Par ailleurs, la Coordination humanitaire de l'ONU a reçu des informations concernant le transfert de près de 300 familles de personnes déplacées du camp d'Abou Shouk, vers Korma, au Nord Darfour, a précisé Fred Eckhard, ajoutant qu'il semble « qu'aucune agence humanitaire internationale n'ait été consultée sur ces transferts, qui se déroulent depuis plusieurs jours ».