Droit à l'alimentation : la FAO annonce une percée significative

24 septembre 2004

L'adoption de directives « volontaires » par l'agence de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture constitue une percée significative en matière droit à l'alimentation, « le droit de chaque être humain d'avoir accès à une nourriture saine et nutritive », indique l'agence qui espère ainsi contribuer à la réduction de moitié du nombre de sous-alimentés d'ici à 2015, un objectif du Sommet mondial de l'alimentation de 1996.

Le Comité de la sécurité alimentaire mondiale de la FAO a adopté hier des directives « volontaires » pour appuyer « la concrétisation progressive du droit à une alimentation adéquate dans le cadre de la sécurité alimentaire nationale », indique un communiqué publié aujourd'hui à Rome par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO selon son acronyme en anglais).

L'adoption de ces directives, après deux années de négociations, est considérée par les experts comme une « percée importante ». « C'est la première fois qu'un organisme intergouvernemental nous renseigne sur la véritable signification du droit à l'alimentation », déclare Giuliano Pucci, directeur du Bureau juridique de la FAO, dans le communiqué.

Ces directives incluent toute une série de mesures à prendre au niveau national afin d'assurer un environnement permettant aux populations de « se nourrir dans la dignité » et de protéger « ceux qui ne peuvent pas assurer leur propre subsistance » explique le communiqué.

Selon la FAO, ces directives constitueront « des points de repère » lorsque les Etats voudront s'acquitter « de leurs obligations relatives au droit à une alimentation suffisante. »

« Les directives volontaires tiennent compte de plusieurs principes », précise l'agence de l'ONU dont ceux « de l'égalité, la non discrimination, la participation, la non exclusion, le respect des obligations, la primauté du droit, ainsi que le principe selon lequel tous les droits de l'homme sont universels, indivisibles, interdépendants et étroitement liés ».

Par ailleurs, la FAO se félicite du fait que « les chances d'atteindre l'objectif du Sommet mondial de l'alimentation de 1996 qui est de réduire de moitié le nombre de sous-alimentés d'ici à 2015 s'en trouvent améliorées » et rappelle dans son communiqué les grandes lignes de la déclaration du Sommet.

La Déclaration invitait le Conseil de la FAO d'établir un groupe de travail intergouvernemental chargé « d'élaborer des directives volontaires à l'appui des efforts déployés par les Etats Membres pour assurer la concrétisation progressive du droit à une alimentation adéquate, dans le cadre de la sécurité alimentaire nationale ».

Ce qui est maintenant chose faite.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.