L'agence de secours pour les Palestiniens réclame la liberté de mouvement

1 septembre 2004

L'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens a lancé aujourd'hui un message de protestation auprès du Gouvernement israélien, en raison du maintien de la fermeture du passage d'Erez vers la bande de Gaza, depuis le 31 août et de la restriction imposée au chef de l'agence qui désirait se rendre en Cisjordanie par ce passage.

Selon le communiqué paru aujourd'hui, cette fermeture, « qui empêche l'agence de mener à bien son mandat humanitaire en territoire palestinien occupé », a été étendue, « par une évolution grave et sans précédent », à Peter Hansen, Commissaire général de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNWRA selon son acronyme anglais), qui n'a pu quitter Gaza pour se rendre en Cisjordanie.

« Les autorités israéliennes ont indiqué que le passage d'Erez avait été fermé en raison de la découverte d'explosifs sur un travailleur palestinien utilisant le point de passage des ouvriers », rappelle le communiqué de l'UNWRA, qui souligne que ce passage diffère de celui du personnel de l'ONU qui dispose de visas diplomatiques et que le blocage a lieu en dépit du fait « qu'aucun membre du personne international n'ait jamais été impliqué dans des questions de sécurité, qu'il n'y a jamais eu de cas de présentation de faux laissez-passer de l'ONU ».

« La capacité de l'agence à mener à bien son activité humanitaire essentielle est gravement remise en cause », a déclaré Peter Hansen.

Le communiqué déplore la limite imposée à liberté de mouvement du personnel humanitaire, contraire au droit international selon l'UNWRA.

---

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.