Ex-Yougoslavie : le Tribunal ajourne le procès de Milosevic mais fait intervenir un nouveau cardiologue

6 juillet 2004

Le Tribunal de l'ONU chargé de juger les crimes de guerre perpétrés en Ex-Yougoslavie, a accepté de prendre en compte les raisons médicales invoquées par Slobodan Milosevic mais demande un contre examen par un cardiologue indépendant.

Dans l'ordonnance qu'il a rendu aujourd'hui, le Tribunal pénal pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) a statué sur la requête qui lui avait été faite par Slobodan Milosevic lui demandant d'ajourner le procès d'un mois.

Prenant d'une part en compte que le procès a fait l'objet de nombreuses interruptions du fait du mauvais état de santé de l'ancien Président yougoslave et d'autre part du dernier rapport médical de son médecin qui indique que celui-ci a besoin de se reposer au moins jusqu'au 9 juin prochain et que son problème cardiaque est susceptible de se reproduire, le Tribunal a accepté d'ajourner le procès jusqu'au 14 juillet.

Il consent également à l'ajourner à nouveau du 21 juillet au 31 août de façon à donner à Slobodan Milosevic plus de temps pour préparer la présentation de son cas.

Toutefois, il requiert que le Greffe identifie un cardiologue qui n'ait pas été jusqu'alors impliqué dans le traitement de Slobodan Milosevic et donne instruction à ce cardiologue de l'examiner et de faire rapport au Tribunal sur sa capacité à assurer sa propre défense compte tenu de son état de santé et de l'impact probable sur le calendrier du procès si cela devait continuer à être le cas.

Les ajournements consentis, tels qu'ils ont été établis au 25 février dernier par le Tribunal, équivalent à la perte de 66 jours de procès auxquels vient s'ajouter la maladie de l'accusé pendant le temps qui lui a été alloué pour préparer sa défense.

---

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.